Coup de froid sur le FC Vaulx

Share

 

Samedi 6 avril 2019

Il y a tout juste une semaine, la municipalité était convoquée par son édile pour une communication sur le FC Vaulx.  De cette convocation qui a été commentée par la presse il n’en est ressorti que des interrogations, car peu d’informations ont filtré hormis le fait qu’il y aurait un trou de quelque 200 000 euros et qu’une plainte est déposée auprès du procureur de la République.  

Plainte en relation avec le déficit ou bien pour d’autres raisons ? La rumeur est allée bon train avec des supputations tous azimuts parce qu’il n’y avait pas de grains à moudre.

À l’approche du conseil municipal du 11 avril prochain, les éléments d’appréciations se sont faits plus concrets. Le rapport d’audit produit par la société Deloitte sollicité par la municipalité apporterait, semble-t-il, les réponses que tout le monde attend et également d’autres interrogations.  Nul doute qu’il sera commenté en large et en travers bien avant qu’il ne soit communiqué officiellement.

Ce n’est pas la première fois que la ville commandite un rapport d’audit vis-à-vis d’une association qu’elle subventionne.  Sous le mandat précédant, nous en avons eu trois concernant trois associations. Rapports qui démontraient combien il était important d’apporter plus de rigueur à la fois sur la gouvernance et sur la probité des comptes. 

Une nouvelle fois, cet audit (qui pour l’instant n’est pas considéré comme un document communicable tant que les délibérations municipales s’y référant ne sont pas prises, mais dont je demanderai une copie en temps utile pour les lecteurs de Médiavaulx), semble à nouveau mettre en avant des dysfonctionnements en termes de gouvernances.  Un point qu’il serait utile de revoir au niveau de toutes les structures  qui reçoivent un montant de subvention important. Notamment au niveau des centres sociaux qui font souvent l'objet de critiques. 

La délibération  qui sera présentée au conseil municipal est assez éloquente et nulle ne doute qu’elle fasse l’objet de nombreux commentaires. Trois axes sont mis en avant. De graves carences dans la gestion comptable et financière (de nombreux documents sont manquants), un problème majeur dans les statuts et la gouvernance, des flux financiers juridiquement douteux.   Il est question de « Prestation de services de nuit...." et d’une créance de 50 000 euros difficile à tracer relative au transfert d'un joueur.  Ce sont ces éléments qui ont conduit la municipalité à solliciter le procureur de la République.   

Comme de nombreux vaudais je suis déçu pour l’image pour la ville que va donner cette communication. Il est déjà très difficile pour les clubs vaudais de trouver des sponsors et puis il s'agit d'argent public. Je suis également déçu pour tous les club pour qui une telle affaire ne peut être que négative. 

Cet audit n’est pas sans soulever une question. Les comptes du club sont certifiés par un expert comptable qui n’a rien trouvé à redire. Une certification est-elle une garantie de viabilité ?  

Quant au 200 000 euros de déficit du club, tout est une question d’interprétation. En termes de bilan il n’existe pas. Mais en terme fonctionnel  il est couvert par un décalage favorable de la période d’attribution de la subvention municipale qui aurait agi favorablement sur les comptes. Sans ce décalage le club aurait de sérieuses difficultés.

Que ce serait-il passé si le transfert de Nabil Fekir qui devait rapporter au FC Vaulx club formateur, plusieurs milliers d’euros. Les nouveaux dirigeants du club ne seraient peut-être pas venus solliciter la municipalité pour une subvention exceptionnelle et tout serait resté dans l’opacité la plus totale.  

À tout malheur une chose est bonne, le Club va pouvoir repartir sur de bonnes bases, car il est important pour les quelque 700 jeunes qui pratiquent le football que celui-ci soit pérennisé.

Thomas Petragallo