Voila une occasion de faire preuve de transparence.

Share

Dimanche 7 juillet 2019

Chaque année, dans le cadre des activités d’été proposées aux vaudais  quelques jeux d’eaux sont proposés  aux participants et notamment des piscines provisoires.

Pour l’année 2017, la prestation de location pour la fourniture de deux piscines amovibles et de jeux gonflables tels que présentés dans les actes de gestions du maire s’est élevé à 77 000.   Une somme qui a attiré l’attention d’élus de la majorité. Des élus de la propre équipe d’Hélène Geoffroy.  Depuis certains du groupe APVV sont passés dans l’opposition et d’autres ont pris quelques distances et ne sont plus dans les grâces de mairesse.  

Ces élus ont demandé des explications sur cette somme paressant disproportionnée au vu des prestations. Quoi de plus normale que cette démarche quand on se pose des questions, mais ce n’est pas si simple d’obtenir des réponses. La volonté de transparence existe-t-elle en dehors de l’exercice de communication.  

Il est apparu que le marché a été donné en procédure adaptée, donc sans appel d’offres formel, à une entreprise qui n’avait pas de RCS, puis qui a transmis une facture non datée, non numérotée, non explicite, sans numéro de RCS ni TVA. Des élus de la majorité ce sont même rendus à l'adresse indiqué et n'ont trouvé qu'une boite aux lettres. 

Si les documents ont été remis à ceux qui les ont demandés, dont Stéphane Bertin pour l’APVV, par contre il semble que les explications n’ont pas suivi notamment concernant le bénéficiaire de la facturation et surtout comment une telle facture a-t-elle pu être enregistrée. Question banale somme toute.

Le directeur du service concerné devait recevoir Stéphane Bertin pour apporter les éléments d’appréciation, un rendez-vous était pris, mais madame la maire a donné son véto, interdisant toute communication sans son aval. Donc les documents ont été remis, mais les explications ne sont pas venues malgré plusieurs relances.

Face à toutes ces interrogations, un premier courrier a été adressé au procureur de la République, de la même manière qu’il a été fait de même par madame la maire suite à l’audit du FC Vaulx. 

Il semble que ce dossier n’ait pas progressé. Il faut dire que le procureur de la République en poste à l’époque Marc Cimamonti avait d’autres préoccupations puisqu’il était pressenti pour le poste de procureur de la République de Paris. Finalement il occupe le poste de procureur général de Versailles.

C’est donc son remplaçant qui a hérité d’un nouveau  courrier, car Stéphane Bertin semble très pugnace. C'est sur la restauration du lien avec la population que Nicolas Jacquet nommé le 5 février dernier a décidé de construire  sa future politique judiciaire lyonnaise, arguant du déficit de confiance d'une partie des Français à l'égard des institutions. Mais il hérite d’un parquet surchargé, la démarche va-t-elle aboutir.

En attendant, il est regrettable qu’il soit nécessaire d’encombrer les tribunaux surtout si des explications peuvent être fournies par madame la maire.

Il serait souhaitable que l’opposition, mais également ceux qui au sein de la majorité qui souhaitent qu’aucune zone d’ombre ne subsiste,  demandent à Hélène Geoffroy de donner les éléments d’appréciation.

Les documents en questions (factures) sont des documents publics que tout citoyen peut demander pour en apprécier la teneur.

Thomas Petragallo