L’investiture en marche sur la 7ème ?

Share

 

Dimanche 9 Avril 2017

Les 14 premières investitures du mouvement « En marche » ont été annoncées lors de l’émission jeudi politique sur France 2.  Personne n'est dupe, il est évident que ce n’est pas le fait du hasard, mais une action préparée spécialement pour l’émission histoire de démontrer qu’Emmanuel Macron tenait ses engagements en termes  de répartition  des circonscriptions entre société civile, membres des partis politiques en tenant compte de la sociologie, de la parité homme femme, et de la diversité.

Mais 14 sur 577 on ne peut pas dire que la commission chargée des investitures soit des plus dynamiques, mais c’est surement volontaire d’autant que sur le site internet d’En Marche le dépôt de candidature est encore possible. 

Dans le détail, la moitié des investitures ont été gelées pour des candidats issus de la société civile. Parmi la moitié restante, Emmanuel Macron a demandé à la commission d'investiture d'En Marche de retenir un tiers d'élus PS, un tiers d'élus Les Républicains ou UDI et... un tiers d'élus centristes, ce qui comprend le MoDem, ainsi que des élus PRG, des édiles proches de Jean-Louis Borloo, voire quelques sans étiquette. Et nous amène à ce chiffre approchant de la centaine. Pour le petit parti de François Bayrou, cette ouverture est particulièrement opportune. Aujourd'hui, la formation politique aux 14.000 militants revendiqués compte dans ses rangs seulement un député, 51 conseillers régionaux et 48 conseillers départementaux, soit... 100 grands élus nationaux et locaux. Autant dire que chaque élu MoDem pourra espérer son investiture, ou presque. 

Emmanuel Macron a précisé dans un entretien sur la chaine LCP qu’« il y aura des députés MoDem qui seront dans cette majorité présidentielle », mais « pour ce qui est des autres formations politiques, non : toutes et tous seront complètement dans le mouvement En Marche ! ».

Et le secrétaire général du mouvement Richard Ferrand de préciser en début d’année, « un élu socialiste qui vient avant le 29 janvier c’est un acte de conviction, après c’est un acte de contrition. Ils sont nombreux les socialistes qui ont rejoint le mouvement en marche avant le 29 mais encore plus après le 29 et cela continue tous les jours au point que les électeurs commencent à se poser des questions ce qui explique la chute d’Emmanuel Macron dans les sondages. Les Français sont méfiants.

Qui aura l’investiture de la 7ème circonscription ?. De nombreux candidats sont en lices et pour l’instant c’est le contingent politique qui tient la corde. Bien entendu pour le compte du Modem François Xavier Pénicaud serait comme toujours prêt à rendre service. Christine Bertin pourrait également être légitime, mais il semblerait que pour l’instant ce soit un adjoint PS de la ville de Bron qui aurait la faveur des sélectionneurs. 

D’ailleurs concernant le PS nous avons du mal à admettre le manque de loyauté d’ élus qui tablent sur la victoire d’un autre candidat en faisant connaitre leur préférence pour celui, voire faire acte de candidature alors qu’ils ont participé à la primaire de gauche qui a légitimé Benoit Hamon. Et nous pouvons ajouter ce sont fait élire sous l’étiquette socialiste, avec des promesses socialistes, par des électeurs les ayant cru.

Quand quelqu’un est capable de tourner sa veste, il peut le refaire aisément. Ces élus qui recherchent l’investiture « En marche » feraient mieux de démissionner du PS et de leurs mandats électoraux. À un moment donné, il faut de la cohérence, car cela donne le sentiment d’avoir affaire à des opportunistes.  

Au moins Hélène Geoffroy qui n’a pas caché son soutien à Manuel Valls lors de la primaire ne s’est pas carapatée pour soutenir Emmanuel Macron. Avoir de la cohérence s’est faire preuve d’honnêteté intellectuelle et respecter les électeurs ce qui devient de plus en plus rare en politique et pas seulement dans les grands partis politiques puisque nous avons vu une action similaire au niveau de la liste citoyenne « Agir pour Vaulx-en-Velin »  

Bien que ne faisant pas partie de la commission d’investiture, il serait étonnant que Gérard Collomb qui dès les premières heures s’est impliqué dans la démarche d’Emmanuel n’ait pas son mot à dire.    

Alors que le maire de Bron et Annie Guillemot soutiennent Benoit Hamon pour la présidentielle, Doganel Izzet  9ème adjoint en charge de l’économie et du commerce a choisi, lui, de se mettre En Marche pour Emmanuel Macron, mais après le 29 juin. C’est donc un ralliement de contrition (de repentir ou de remords) qui emporterait l’investiture ?

Il a été établie que la victoire de François Hollande s’est constituée sur le vote des Banlieues. Notre circonscription est constituée de BRON, RILLIEUX-LA-PAPE, SATHONAY-CAMP, VAULX-EN-VELIN. Pour gagner la circonscription la commission d’investiture ferait-elle le pari d’un candidat issu de la diversité? C’est une stratégie possible d’autant qu’Emmanuel Macron prône la diversité dans l’hémicycle.  

Mais ce serait un choix que nous aurions du mal à comprendre, car Emmanuel Macron et Doganel Izzet qui est très impliqué au niveau de la communauté Turcs ont de grosses divergences concernant le positionnent du Président Recep Tayyip Erdogan sur sa vision politique et sociétale.

V.L