La grogne continue chez Médialys.

Share

 

Jeudi 13 avril 2017

À l’occasion de son déplacement Mardi à Lyon, Philippe Poutou candidat NPA (Nouveau parti anticapitaliste) à la présidentielle est allé à la rencontre des agents de l’association Medialys devant leur agence de Gorge de Loup.

Médialys est une association de service et d’insertion. Elle assure à la fois une mission de service public pour le compte des TCL et une mission d’insertion. Elle a notamment pour mission de fournir les agents d’accueil, de médiation et d’information (appelés Amis).

Cet équilibre entre service et insertion est garanti par un accord politique toujours innovant qui s’inscrit pleinement dans la nouvelle articulation entre l’insertion et le champ de l’entreprise encouragée par le Programme Métropolitain d’Insertion pour l’Emploi.

Il semblerait cependant que les salariés de l’association soient en grogne. « Voilà maintenant plusieurs mois qu’ils voient leurs conditions de travail se dégrader, le temps pour aller aux toilettes est compté, certains et certaines sont suivis(e)s par leur supérieur jusque devant les toilettes ; les remarques et le comportement sexiste des chefs se multiplient. A cela s’ajoute un climat délétère exercé par la direction et ses sbires » peut-on lire dans la presse.

Les « Amis » signent un CDD pour huit mois, sous la forme d’un contrat aidé, un Contrat unique d’insertion (CUI). Ils travaillent 26 heures par semaine, payés au Smic horaire. Soit environ 850 euros net. Une partie de ces salariés essaie de revendiquer une amélioration de leurs conditions de travail.

L’association d’insertion est dirigée par des élus de la Métropole de Lyon. La présidente est actuellement Michèle Vullien, maire de Dardilly, 2ème vice-présidente de la Métropole et membre du Sytral, l’autorité organisatrice des TCL. 

En 2015 c’est Hélène Geoffroy qui en était la présidente. Cette dernière est actuellement membre du conseil d’administration.

Nous ne connaissons pas suffisamment l’association pour juger de ses pratiques. Par contre une polémique était venue nourrir les médias sous la présidence d’Hélène Geoffroy alors députée-maire PS de Vaulx-en-Velin. L’embauche par Medialys du mari de Nassima Kaouah, adjointe de la maire déléguée aux quartiers Vaulx Sud La Côte et Vaulx Sud Dumas-Genas. La question du renvoi d’ascenseur à un militant très actif pendant sa campagne avait été évoquée. La directrice de l’époque est depuis embauchée à la ville de Vaulx-en-Velin. C’est un peu l’œil de Moscou d’Hélène Geoffroy qui s’est ainsi assuré de la présence d’une fidèle.

A l'heure ou la moralisation de la vie politique est venue s'immiscer dans la campagne des présidentielle avec les affaires que l'on connait la situation décrite ci-dessus interpelle. Si sur le plan légal rien n'est contestable, elle n'est pas sans poser des questions morales.   

V.L