Rififi à l’OMS Vaudais.

Share

Samedi 11 avril 2014

Ça chauffe à l’OMS (Office Municipal des Sports) Vaudais. Et tout cela sour fond de changement récent de municipalité.

Si l’on en croit son site web, les missions de l’OMS Vaudais (association Loi 1901) sont :

  • Encourager et soutenir toutes initiatives tendant à répendre et à développer la pratique sportive
  • Favoriser l’accès au sport de tous les habitants de la Ville et de renforcer le mouvement sportif dans toute sa diversité
  • Gérer et organiser des événements sportifs dans le but de promouvoir le sport
  • Aider les clubs à se développer et notamment ceux qui sont en difficultés

Ces nobles objectifs semblent devoir être partagés par tous et ne souffrir d’aucune discussion. Ils sont aujourd’hui mis en musique par un conseil d’administration et deux salariés.

Fort de ce cadre et de cette ambition, nous sommes alors en droit de nous attendre à ce que les implications de l’association (qui touche pour son fonctionnement 154 000 euros par ans, comptes administratif 2012) soient faites pour le bien du sport, par des sportifs, pour le sport, et loin de tout esprit partisan et politicien. Nous pouvons êtres aussi en droit d’attendre une parfaite impartialité et à une indépendance exemplaire de la part de la municipalité vis-à-vis de l’OMS.

Tel n’est pourtant pas le cas.

En effet, le mélange des genres est coutumier depuis belle lurette. Tout le monde se souvient de l’ancienne Présidente de l’OMS, qui était également directrice du Service des Sports de la Ville de Vaulx-en-Velin et une proche de l’ancien maire ce qui en termes d’indépendance nous laisse en pleine réflexion. Tout le monde se souvient aussi ces dernières années de la guerre de tranchées que l’adjoint aux sports menait contre l’ancien maire pour le contrôle de l’OMS : Bernard Genin l’avait emporté à l’époque imposant son ami de longue date Roger Vuillemenot.

Une des associations les plus politisée de Vaulx-en-Velin est donc en pleine mutation. Comme la presse (lire le Progrès du 11 avril 2014) a pu s’en faire l’écho cette semaine, le président de l’OMS, Roger Vuillemenot, a démissionné mardi 8 avril 2014. La raison de cette démission est simple selon l’article du Progrès « je n’ai pas envie de travailler avec des gens de gauche qui se marient avec des gens de droite ». Etonnant comme raison évoquée par un Président d’OMS pour démissionner d’autant plus que :

  • Monsieur Vuillemenot, tout le monde le sait à Vaulx-en-Velin, avait remis sa démission à Bernard Genin il y a près d’un mois (soit avant les élections) mais celui-ci l’avait refusé arguant qu’on n’abandonne pas le navire pendant une élection. Au moment de sa première démission supputait-il le résultat de l’élection? Ou bien y-a-t-il une autre vraie raison à sa démission….
  • Les accusations de Monsieur Vuillemenot sont très politiciennes et n’ont rien à voir avec sa mission ni avec les objectifs de l’OMS.

Que peut-on en déduire ? Plein de choses :

  • M Vuillemenot (et donc l’OMS) n’a travaillé qu’avec des gens de gauche ces dernières années.
  • M Vuillemenot ne semble pas aimer les gens de droite et ne travaille pas avec eux.
  • M Vuillemenot ne travaille pas avec des gens de gauche qui se marient avec des gens de droite.

Faut-il en déduire par-là que, ces dernières années, l’OMS n’a travaillé et financé exclusivement que des clubs sportifs de gauche (nouveau critère pour l’attribution de subventions, nous ne le connaissions pas ?). Comment cela fonctionnait-il ? Nous pourrions à la lecture des arguments avancés par Monsieur Vuillemenot nous poser des questions s’ils n’étaient dus à la situation car ce n’est pas l’image que nous en avons.

Les pratiques de l’OMS sont donc bizarres, ultra politisées et elles se perpétuent. En effet, après l’esclandre de son ex-président, la nouvelle présidence est revenue mardi soir à Monsieur Damiecki, 19° de la liste de Bernard Genin, proche de Philippe Zittoun, ex adjoint aux sports et en profond désaccord (c’est peu de le dire) avec la nouvelle maire, Hélène Geoffroy. Monsieur Damiecki est aussi trésorier du VBC que présidait il y a encore peu Roger Vuillemenot. Une vraie histoire de famille !

Mme La Maire, Hélène Geoffroy, va donc devoir agir très vite auprès de tous les sportifs de Vaulx-en-Velin pour les rassurer et dire que  que contrairement au message véhiculé par Bernard Genin dans l’entre deux tours,  le sport et les associations sportives sont parties intégrantes de la ville. La nécessité d’avoir un Office Municipal des Sports doit se poser. Son mode de fonctionnement et ses missions doivent être clarifiés. Il y a 15 jours les vaudais ont voté. Ils ont voté pour une nouvelle gouvernance, pour la transparence, pour être respectés. L’esprit partisan et politicien doit disparaitre surtout dans le monde sportif où il n’aurait jamais dû entrer.