Les victoires nourrissent l’espoir

Share

  

Mardi 25 avril 2017

Pendant qu’Emmanuel Macron faisait le show médiatique à la "Rotonde" avec sa suite composée des versatiles stars du showbizz, les soutiens vaudais de « La France insoumise » se mettaient en marche pour se réunir dans l’entrée un peu moins fun de la mairie.  Pendant ce temps, les quelques élus de l’exécutif présents au cinquième étage tiraient la gueule des mauvais jours.

Les uns sans doute dopés par la victoire incontestable et surprenante de leur candidat, mû  par un irréversible besoin de revanche vis-à-vis des socialistes qui ont ravi la municipalité en 2014, les autres par la perspective de lendemains qui ne chantent plus aussi forts qu’il y a quelques mois.  

Il faut dire que le score de Benoit Hamon sur la commune, même s’il est un peu plus élevé que sur le plan national à de quoi laisser pantois. Les visites ministérielles à répétition n'ont pas suscité d'engouement.  

Marie France Vieux Marcaud et Sophie Charrier, nos conseillères municipales d’opposition démissionnaires de la première heure semblaient même prêtes à reprendre du service.

Lors de la commémoration du 102ème anniversaire du génocide des Arméniens ce lundi 24 avril, la gauche de la gauche était encore fortement mobilisée alors que du côté des élus de l’exécutif peu avait répondu présent.   

Il serait hasardeux de tirer une conclusion en calquant sur le plan local le résultat d’une élection nationale. Ce sont deux élections qui n’ont rien de commun sauf peut-être pour les législatives.  Dans ce cadre « La France insoumise » part divisée sur la 7ème circonscription, mais le résultat du vote de dimanche laissant entrevoir la potentialité d’une victoire pourrait changer la donne à condition de s’entendre ce qui en politique n’est pas toujours simple.

V.L