Plan de déplacements urbains.

Share

Mardi 2 mai 2017

La lecture du journal du 19 avril nous incite à revenir sur le plan de déplacements urbains et notamment sur la position prise par la ville.

Obligatoire pour les agglomérations de plus de 100.000 habitants, le projet de Plan de Déplacement Urbains 2017-2030 de l’agglomération lyonnaise va être soumis cette année 2017 à enquête publique. Il vise à définir l'organisation des transports, la circulation et le stationnement dans le périmètre des transports urbains.

Il doit définir une utilisation rationnelle des voitures, en insérant la circulation des piétons et des transports en commun dans un souci d'amélioration la qualité de l'air.

Le PDU doit répondre à différents objectifs :

·         diminution du trafic automobile

·         développement des transports collectifs et des modes " doux "

·         aménagement et exploitation des voiries

·         organisation du stationnement

·         gestion des livraisons des transports de marchandises

·         incitation au co-voiturage…

Le PDU 2017-2030 de l’agglomération lyonnaise  concerne un territoire élargi de 73 communes : la Métropole de Lyon, les 8 communes de la Communauté de Communes de l’Est Lyonnais (CCEL) et les 6 communes de l’Ouest lyonnais adhérentes au SYTRAL.

L’enquête publique aura lieu du 15 mai au 20 juin 2017. Pendant la durée de l’enquête publique, vous pourrez prendre connaissance du dossier sur le site du Sytral et formuler des observations qui seront consignées dans un registre d’enquête.

Le sort réservé à Vaulx-en-Velin et qui pousse jusqu'à 2030 ne semble pas réjouissant, car le débat qui a précédé la délibération au conseil municipal a été animé. Comme le souligne le journal municipal, la ville « compte tenu de son potentiel, la commune est soumise à un phénomène de densification, mais ne dispose pas encore d’engagements clairs sur l’offre de transports en commun. La mobilité des Vaudais a augmenté ces dernières années. Or, à l’inverse de la métropole, l’usage de la voiture a progressé de plus de 30% malgré l’arrivée du tramway et du métro au sud ».

Il semble clairement admis par tous les élus que le PLU 2017-2030 n’offre pas de garantie satisfaisante quant à la prise en compte des besoins Vaudais d’autant que ce n’est pas d’aujourd’hui que les signaux d’alerte ont été donnés. La présence du métro et maintenant d’un tramway a fait l’objet de plusieurs débats sous Charrier et Genin.  

Ce dont il est question ne concerne pas quelques ajustements à la marge, mais des priorités qui freinent le potentiel de la ville et qui ne seront pas prises en compte dans la période 2017-2030. Et il est donc légitime de s’interroger sur deux points.

Nous sommes un des territoires prioritaires de la politique de la ville et pourtant restons un parent pauvre du coté Métropole et Sytral.

Quelle marge de manœuvre nous reste-t-il pour faire évoluer favorablement ce PDU.              

D’après Stéphane Gomez qui a présenté la délibération et qui soutient un avis réservé, (Avis réservé » signifie que l’orientation demandée n’est ni acquise ni définitivement refusée).le processus est lancé, il joue sur la confiance et sur le fait qu’une étude est lancée sur une ligne de tramway nord ce qui veut dire que sur ce point, il n’est guère question de voir quoi que ce soit aboutir avant 2030. Ce n’est pas les calendes grecques, mais cela y ressemble.  

Stéphane Bertin pour APVV est quand à lui plus septique et vote contre. Son positionnement semble marquer une divergence avec ses collègues de la majorité. C’est sans doute le côté citoyen engagé depuis de nombreuses années pour la ville qui ouvre à un certain scepticisme. D’ailleurs, du côté des socialistes et apparentés des élus partagent cet avis. Après tout, la démocratie s’enorgueillit que les différences d’opinions au sein d’une majorité s’expriment. Cela montre qu’elle reste vivante.

L’opposition quant à elle vote contre. Nous ne pouvons cependant que regretter que du temps où elle était aux commandes, ces élus ont manqué de persuasion.  D’ailleurs, si Bernard Genin était absent du dernier conseil municipal (une fois n’est pas coutume), il fut également absent du conseil métropolitain du 6 mars dernier.

V.L