En Marche, mais arrière…

Share

 

Dimanche 21 mai 2017

Nous l’avions imaginé, avec le Modem il y a toujours beaucoup de fumée et rarement du feu. D’autant que le poids de François-Xavier PENICAUD (Président du  Mouvement Démocrate  du Rhône) n’est pas celui de François Bayrou qui lui s’en est quand même mieux tiré dans son coup de gueule. François-Xavier PENICAUD pourra toujours se plaindre du méchant Gérard Collomb auprès de sa tante qui été nommée ministre du Travail dans le nouveau gouvernement.

Et François-Xavier PENICAUD de penser aux élections municipales en se disant qu’après tout il vaut peut être mieux être patient et devenir tête de liste « En Marche » pour les élections municipales de 2020. En espérant que cette fois il soit suffisamment réactif pour déposer les documents à la préfecture en temps en heure.

Nous ne savons pas si pour la candidate  « En Marche » de la 7ème circonscription c’est un avantage ou inconvénient de ne pas avoir le soutien de François-Xavier PENICAUD. Ce que nous retenons c’est quand même une forme d’obsession à vouloir être le centre du monde.

Mais il y a quand même des divisions qui apparaissent au sein du mouvement « En Marche » sans parler encore de fractures qui pourraient ne pas tarder à venir. En effet des marcheurs n’approuvent pas les décisions venues du sommet et s’accordent à penser que certains ont prêché pour leur paroisse.

En effet, Sophie Solmini, co-référente de la campagne présidentielle d’ "En Marche" ! à Villeurbanne, vient d’apporter officiellement son soutien dans un communiqué à la candidate LR-UDI. Pour la Marcheuse, "la dynamique citoyenne" lancée par l’élection d’Emmanuel Macron, "n’a pas de parti. Ce que je souhaite, c’est la réussite du projet. Avec les citoyens." Pour elle, Emmanuelle Haziza est "la plus à même de représenter la nouveauté et le dynamisme que nous attendions (…) afin que la 6e circonscription du Rhône soit correctement et dignement représentée, selon de nouveaux principes."

Pour expliquer cette décision, Sophie Solmini met en cause le comportement de Bruno Bonnell, qu’ "elle estime" et de ses équipes : "je ne sais pas où en est la campagne d’ "En Marche"  ! aujourd’hui. Les Marcheurs sont tenus à l’écart. On ne se sent pas désirés par M.Bonnell. On a fait une campagne présidentielle difficile. Pour nous, ça commence et on est écarté. On veut garder notre logique. Alors on continue avec la seule qui est prête à nous entendre et dont les idées se rapprochent". Malgré cette démarche, elle ne renie pas pour autant LREM et reste "intègre à [son] mouvement".

Communiqué

 

Législatives : sur le Rhône & la Métropole de Lyon
le MoDem réaffirme son soutien au Gouvernement
mais aussi son inquiétude quant aux orientations locales du parti LREM

Lundi 15 mai, avant la nomination du gouvernement PHILIPPE, eu égard aux candidatures annoncées par le parti politique LREM sur notre territoire, le Conseil Départemental du Mouvement Démocrate avait, à l’unanimité, décidé d’engager la construction de plusieurs candidatures alternatives de la majorité présidentielle sur le Rhône & la Métropole de Lyon. Ce faisant, nos responsables n’ont cessé de tendre des mains aux responsables locaux de LREM et à Gérard Collomb, pour que par le dialogue et la concertation, nous puissions trouver des équilibres qui permettent de se rapprocher au mieux, dans sa déclinaison territoriale, des engagements de campagne du Président de la République, et ainsi de renouveler, à l’occasion des échéances législatives, le rassemblement large et pluraliste qui nous avais permis d’apporter la victoire à Emmanuel MACRON lors des présidentielles.

En ce dernier jour de dépôt des candidatures, enfin, des gestes ont été adressé à nos responsables départementaux par les représentants du parti LREM, en appelant à certains de ses candidats investis, dont les candidatures ne permettaient pas d’offrir des perspectives crédibles de victoire, à se récuser en faveur de candidatures mieux en capacité. Le MoDem et ses candidats putatifs ont immédiatement réagi favorablement et tenté de faciliter la concrétisation de cette offre. Malheureusement ces mouvements tardifs des responsables de LREM, combiné à l’obstination de certains candidats, n’a pas permis de faire aboutir cela. Nous le regrettons et le dénonçons.

Nous observons par ailleurs que dans la plupart des équipes de campagne des candidats du département, des démarches claniques, corporatistes et sectaires ont pris le pas sur les messages de rassemblement large des forces vives. Nombres de responsables et militants des comités de LREM nous ont d’ailleurs sollicités pour s’en émouvoir.

Nous avons cependant pris acte de la démarche volontariste d’une partie des équipes de LREM. Par ailleurs nous sommes particulièrement optimistes et enthousiastes sur les choix de composition gouvernementale qui ont été faits, et souhaitons participer à son renforcement plutôt qu’à son affaiblissement. Nous observons aussi que ces dérives et dérapages, dans notre département, restent relativement isolées, ne correspondant pas aux démarches nationales.

En conséquence de ces différents éléments, nous avons décidé d’assumer collectivement notre responsabilité en retirant les candidatures de Jean-Paul BERNE & Emilie PROST dans la 2ème circonscription, de François-Xavier PENICAUD & Emmanuèle PELLUET dans la 7ème, et de Rhida ZOUAGHI & Stéphanie RAMIREZ dans la 14ème.

Nous ne soutiendrons pas pour autant les candidats LREM sur ces circonscriptions. Nous retirons en outre notre soutien actif à la candidature de LREM dans la 8ème circonscription. Enfin, dans la 13ème circonscription, nous soutiendrons la candidature de Daniel VALERO (DVD).

Dans la 3ème circonscription, comme nous l’avions annoncé, nous ne soutiendrons aucun candidat. Cependant, nous adressons un regard bienveillant auprès des citoyens et marcheurs qui ont décidé de soutenir en toute indépendance la démarche alternative portée par Eric LAFOND.

Notre volonté reste que cette merveilleuse opportunité historique de refondation et de recomposition profonde de la vie publique soit saisie et puisse pleinement s’exprimer, dans l’avenir, dans nos territoires et y compris au travers des échéances intermédiaires. Ce serait sinon un immense gâchis.

Nous n’oublions pas que nationalement nous devrons être au rendez-vous des échéances européennes de 2019, mais surtout, localement, que nous devrons être au rendez-vous lors des prochaines échéances territoriales de 2020. Nous serons d’ici là d’autant plus présents sur le terrain et vigilants afin que notre positionnement centriste, humaniste et progressiste soit au cœur de la construction des prochaines majorités qui devront émerger.

Pour le Mouvement Démocrate Rhône & Métropole de Lyon,
François-Xavier PENICAUD (Président) & Carine FRAPPA (Déléguée Départementale).