Faut-il que tout change pour que rien ne change ?

Share

 

Lundi 19 juin 2017

Ce jour est à marquer d’une pierre blanche, macron 1er se voit confirmer roi des Français par le sacre des législatives. Majoritaire au sein de l’Assemblée Nationale la nouvelle caste des méta barons va pouvoir voter comme une seule âme (pour ne pas dire comme un seul homme… parité oblige) les réformes promises. Dans le camp de l’opposition, les avis diffèrent.  À droite, la moitié des élus est prête à soutenir le gouvernement, notamment du fait que la politique mise en place est plutôt une politique de droite, difficile donc d’aller contre. À gauche, du côté de la France insoumise, on promet la vigilance et le combat si nécessaire. Du côté du PS, on ne sait pas trop encore vu qu’une partie importante des troupes a été micronisée, une trentaine de députés ça ne pèse pas lourd dans la balance.

Pour conduire ses députés, Emmanuel Macron a choisi un homme de confiance en la personne de Richard Ferrand qui démissionne de son poste de ministre de la Cohésion des territoires ce lundi 19 juin. Le président lui a demandé de quitter le gouvernement fragilisé depuis sa mise en cause dans une affaire immobilière. Il fait ainsi dune pierre deux coups.    

Maintenant que les législatives sont passées, les Français vont rapidement apprendre à connaitre Emmanuel Macron et sans nous avancer l’optimisme dégagé risque de rapidement tourner en une phase beaucoup plus critique.

Parmi les bonnes nouvelles de ces législatives, l’élection de la socialiste Delphine Batho nous ravit. Contre vents et marées elle n’a pas coulé et fait la nique à Ségolène Royal qui a préféré soutenir sa concurrente « En marche » surement pour attirer à elle les faveurs du roi. Comme quoi parfois on arriverait à croire en la justice divine. 

Au rang des surprises, il y a l’élection de Jean Lassalle. Jouer dans le comique peut rapporter gros, mais démontre l’importance d’un enracinement local.    

Concernant la 7ème circonscription, nous n’avons pas relayé comme la plupart des médias l’intervention calamiteuse d’Anissa Khedher la candidate d’En Marche. Nous savions pertinemment que notre maintenant députée est une novice de la politique  et qu’elle été choisie non pas pour ses qualités intrinsèques, mais parce qu’elle rentrait dans le moule défini par Gérard Collomb. Donc inutile d’enfoncer le clou.  Nous ne pensons pas que la vidéo circulant sur internet (pour des années) soit responsable du score qui est apparu bien plus serré que ce qui était escompté.  Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation. Les reports sur  Alexandre Vincendet le maire de Rillieux ont été importants. Anissa Khedher a souffert de la faible participation des électeurs surement motivés par le fait que l’élection était pliée et également du non-report des voix des extrêmes gauche et des socialistes. D’où un nombre important de votes blancs. Paradoxalement, malgré la faible participation (21%) c’est Vaulx-en-Velin qui permet à cette dernière d’être élue. Ce n’est pas tant le clivage Droite-Gauche qui  joué en sa faveur, mais plutôt des électeurs désireux de donner une majorité à Emmanuel Macron  

Bien sûr maintenant d’Anissa Khedher est élu, avec quelques mois d’expérience et de la bonne volonté pourquoi ne réussirait-elle pas dans sa fonction. Après tout  nombre de ténors à grande gueule ont démontré leur incapacité.  Nous ne manquerons pas de suivre son activité et de vous en tenir régulièrement informé.  

La partie électorale de dimanche a occulté la commémoration de l’appel du 18 juin à Vaulx-en-Velin. Cet évènement est passé complètement inaperçu. Pour tout vous dire, nous l’avions complètement oublié nous-mêmes. Les médias en ont d’ailleurs que faiblement parlé.  Nous avons vu le Premier ministre fleurir la tombe du général sans en faire le rapprochement pensant à quelques recueillements suite à la dégradation de sa tombe il y a quelques semaines.  

Ce sont des propos tenus par des membres du parti communiste local qui nous ont rappelé l’évènement.  Ces derniers faisaient état de la faible mobilisation des élus et de la population. À part les membres du cabinet, les agents de fêtes et cérémonie et quelques élus, il n’y avait pas grand monde. À peine une vingtaine de personnes.     

Pourtant les commémorations sont un thème porteur du mandat d’Hélène Geoffroy absente ce jour-là, tout comme  l’ex-député de la circonscription qui ne manquait pourtant il y a encore quelques jours aucune occasion pour se montrer. Également absente la remplaçante de l’ex député Muriel Lecerf elle aussi très active pour être vue.

Il est vrai que de nombreux élus étaient pris pour tenir les bureaux de vote. Cependant avec la faible mobilisation des électeurs Vaudais (79% d’abstention) ceux-ci auraient pu se libérer un moment et participer à la manifestation. Ceci dit, nous n’étions pas présents,  difficile de critiquer dans ces conditions, hormis le fait que comme 50% des Français nous avançons que l’excès  commémorations tuent les commémorations.

V.L