Et de quatre OUT sous la pression des affaires.

Share

 

Jeudi 22 juin 2017

Après le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand lundi, et la ministre des Armées, Sylvie Goulard mardi, François Bayrou a annoncé mercredi qu’il quittait le gouvernement. Il a tenu une conférence de presse à 17 heures pour s'expliquer. Le MoDem, son mouvement, est en effet soupçonné d'avoir utilisé l'argent du Parlement européen pour payer des collaborateurs qui travaillaient en réalité pour le parti.

Dans la foulée, Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, a elle aussi indiqué qu’elle quittait le gouvernement. Élue députée de Paris dimanche lors des élections législatives, elle devrait présider le groupe des 42 députés MoDem au Palais Bourbon.

Principal allié de la République en marche, second groupe de la majorité à l'Assemblée, la formation centriste a perdu ses trois représentants au gouvernement en l'espace de vingt-quatre heures. Ce rebondissement marque un premier tournant dans le quinquennat Macron et ouvre une crise politique quelques heures avant l’annonce de la composition de la nouvelle équipe gouvernementale d’Édouard Philippe.

Mais pourquoi le parti de François Bayrou est-il dans la tourmente ? L'alliance MoDem-La République en marche y survivra-t-elle ? Un quart du gouvernement doit-être remplacé .Alors que la scission à droite est désormais officielle, Thierry Solère a annoncé la création du groupe "Les Républicains constructifs UDI et indépendants" à l’Assemblée, de nouveaux poids lourds LR sont prêt a soutenir le gouvernement Philippe.

A la nomination du gouvernement Philippe 2, les remarques n’ont pas tardé à fuser de la part de l’ex premier secrétaire du PS.  

« Confirmation du caractère droitier et ENArchique du gouvernement. Après avoir renoncé au MoDem, on renonce à la société civile », a commenté Jean-Christophe Cambadélis.

Difficile de dire ce qu’il ressortira de ce gouvernement, mais voici quelques éléments d’appréciation ?

Deux chevilles ouvrières LREM de la campagne d’Emmanuel Macron, Julien Denormandie et Benjamin Griveaux, qui vient d’être élu député de Paris, entrent aussi au gouvernement.

Sébastien Lecornu, très proche de Bruno Le Maire, et Jean-Baptiste Lemoyne, sénateur LR, l’un des premiers à rallier Emmanuel Macron pendant la campagne, sont nommés secrétaires d’Etat.

Deux personnalités du MoDem font leur entrée au gouvernement : Geneviève Darrieussecq, élue dimanche dans les Landes, et Jacqueline Gourault, sénatrice très proche de François Bayrou.

Emmanuel Macron candidat, promettait que son équipe gouvernementale serait composée « pour moitié de femmes, y compris à des ministères de premier plan ». Après un gouvernement Philippe 1 qui avait suscité quelques critiques, le président et le chef du gouvernement ont rectifié le tir. Le nouveau gouvernement est parfaitement paritaire, avec 15 femmes et 15 hommes (en incluant le Premier ministre Edouard Philippe).

De plus, sur les trois ministères d’Etat, la Justice est désormais confiée à une femme, Nicole Belloubet. Côté ministères régaliens, la Défense reste entre les mains d’une femme, Florence Parly ministre de Lionel Jospin. Enfin, Jacqueline Gourault est nommée ministre auprès du ministre de l’Intérieur.

V.L