La révolution scolaire est en marche.

Share

Lundi 26 juin 2017

Avec la réforme du BAC, la classe de CP à 12 élèves est un objectif du gouvernement. Cet objectif souhaitable est-il cependant réalisable à Vaulx-en-Velin.

Emmanuel Macron, la réduction des inégalités passe par la réduction des effectifs dans les classes situées en zones d'éducation prioritaire  REP+ (réseaux d'éducation prioritaire renforcée.). Rien ne peut être meilleur pour un élève de CP en difficulté que de se retrouver en petit nombre

Le ministre de l'Éducation a annoncé ce lundi 26 juin dans les colonnes de la Voix du Nord que 2.500 créations de postes d'enseignants seront consacrées à ces classes dédoublées. Pour éviter "qu'on déshabille Pierre pour habiller Paul", explique Jean-Michel Blanquer

Cela risque d’être un casse-tête. À la fois en termes de personnel, mais également en termes de locaux, car apparemment si sous son mandat la majorité municipale prévoit la création de trois groupes scolaires (un seul sera probablement réalisé, voire deux en fin de mandat) c’est que la ville souffre du manque de classes. Retour probable de bungalows,  car cette mesure se veut rapide dans sa mise en œuvre.

Déjà les syndicats montent au créneau. Pourtant, selon la secrétaire départementale du Snuipp-FSU 93, Rachel Schneider. "La rentrée était prête et préparée, et on prend des postes prévus pour autre chose. En Seine-Saint-Denis par exemple, il faut 221 postes pour dédoubler toutes les classes de CP dans les écoles élémentaires situées en REP+. Comment  les trouve-t-on ? On prend tous les "plus de maîtres que de classes" (un dispositif qui permet depuis 2013 l’intervention de deux instituteurs dans une même classe, NDLR), on leur demande de basculer sur les CP à effectifs réduits et on complète avec des postes de remplaçants", déplore-t-elle. 

Nul doute que cet objectif n’a pas fini de faire parler.

V.L