L’exemple vient toujours d’en haut

Share

Mercredi 5 juillet 2017

Quand on aime et que cela ne coûte pas cher on ne compte pas. Voilà un exemple de comportement sanctionnable si les faits relatés ci-dessous sont avérés.

« Le commandant en second des forces aériennes françaises, avait ainsi pris l'habitude de rentrer chez lui, le week-end, en Alphajet, raconte  "le Canard enchaîné" dans son édition du mercredi 28 juin.

Le vendredi après-midi, le numéro 2 des forces aériennes se rendait dans sa propriété provençale depuis Bordeaux en "réquisitionnant" un turboréacteur d'une base-école locale, avec lequel il revenait travailler le lundi matin. Depuis août dernier, le général se serait offert une dizaine de ces allers-retours avec un avion d'entraînement. L'Alphajet, mondialement connu comme l'avion phare de la Patrouille de France, est également utilisé pour la formation des futurs pilotes de chasse de l'armée de l'Air. 

Pas plus tard que deux semaine, il aurait même emprunté un avion de transport militaire de 6 places TBM-700, avec pilote et copilote, pour le déposer dans les Bouches-du-Rhône le vendredi et revenir le chercher le lundi. Avec 4 vols Bordeaux - Salon-de-Provence par week-end, on peut parler d'une vraie liaison aérienne personnelle... D'autant plus embarrassant que les vols d'entraînement sont, eux, rigoureusement restreints faute de crédits ». Ce sont des centaines de milliers de francs, loin du prix d’un ticket de bus.

Le général Richard Reboul Ancien pilote de chasse et d'essai, a travaillé sur le programme Rafale, et a été directeur de l'enseignement à l'Ecole de l'air de Salon de Provence. Il a également commandé le Centre d'expériences aériennes militaires (CEAM) à Mont-de-Marsan. Il a été nommé commandant en second des Forces aériennes en septembre 2016 avant d'en prendre la direction par interim après le décès du numéro un, le général Serge Soulet, en mai. Le commandement des Forces aérienne est à la tête de 500 unités et 23 000 personnes.

La ministre des Armées Florence Parly a décidé de saisir les inspecteurs généraux des armées afin «de clarifier les faits et vérifier les circonstances d'emploi des moyens aériens, dans le cas d'espèce et plus généralement», poursuit le communiqué du ministère. «Au vu des conclusions du rapport, la ministre tirera les conséquences qui s'imposent, y compris sur le plan disciplinaire, si une utilisation abusive des moyens était avérée», est-il ajouté. 


Le chef d'état-major de l'armée de l'Air, le général André Lanata, a saisi de son côté l'Inspection de l'armée de l'Air, qui a ouvert une enquête le 23 juin, a indiqué le colonel Olivier Celo, chef du Sirpa Air.

A la SNCF, c’est un autre fait que l’on pourrait qualifié de déplacé.

C'était jour de fête, samedi 1er juillet pour la SNCF. L'entreprise publique inaugurait deux nouvelle lignes à grande vitesse (Le Mans - Rennes et Tours - Bordeaux) et n'a pas lésiné sur les moyens pour accueillir les VIP - dont Emmanuel Macron - à l'intérieur du train. Ainsi que gare Montparnasse, point de départ du trajet inaugural Paris - Bordeaux.

Coup de la sauterie : quelque 6 millions d'euros, selon la lettre professionnelle mobilettre. Seulement, 3,6 millions répond la SNCF, qui qualifie le budget de 'raisonnable", note Franceinfo

Un faste qui aurait agacé jusqu'aux ministres invités, notent "Le Canard enchaîné" et "Capital", qui rappelle que ce barnum a coûté l'équivalent de 60.000 trajets Paris - Bordeaux en TGV. 

Le caviar et les grands vins bordelais ont eu du mal à passer. "Je ne voudrais pas contribuer à creuser la dette de la SNCF", aurait lâché Nicolas Hulot tandis que la ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, a cherché à obtenir des explications sur le coût des festivités. Même lassitude d'Alain Juppé face aux buffets somptuaires mis sur pied par Guillaume Pepy et les huiles de la SNCF :

Mais les petits fours de ce week-end sont peut-être les derniers. Lors de son discours, Emmanuel Macron a fait allusion à un changement de régime à venir évoquant "le plaisir coupable des inaugurations, qui est le pire des pièges", indique le "Canard".

On demande à voir ….

V.L