Merci pour ce moment.

Share

 

Dimanche 9 juillet 2017

Ce sont en premiers lieux les animaux du parc qui demandent un peu de respect. Bien sûr, comme ils ne peuvent pas s’exprimer je me fais leur porte-parole. Être dérangé pendant deux jours par un festival de musique à base de techno n’a rien de réjouissant pour les castors et les lapins.  La tecno c’est un genre de musique électronique par essence répétitive. Du boom boom plus ou moins rapide et fort en décibel sur lequel la génération internet s’éclate. Les jeunes , lorsqu'ils l'évoquent, prononcent les mots liberté, tolérance, créativité, nouveauté, fête.

Les vaudais du village et du centre-ville que j’ai rencontré ce matin avaient à peu près la même tête que les espèces d’ectoplasmes qui émergeaient des voitures et des tentes dans le grand parc à 8 heures ce matin. Il faut dire que les premiers ont passé une mauvaise nuit à attendre que le « Bruit » cesse, et ce jusqu'à 5 heures ce matin. Avec la chaleur pas moyen de tenir la fenêtre ouverte,  la liberté des uns, leur créativité, l’esprit de tolérance et le coté festif bière et pour certains quelques produits aidant à tenir le cap ne collent pas trop avec la liberté des autres.

Apparemment, les appels au commissariat se sont succédé, mais notre police nationale étant très occupée, elle n’a pas trouvé un petit moment pour aller sur place demander que le volume soit quelque peu atténué.  D’autant que le responsable ne se rendant pas compte des désagréments occasionnés était tout à fait disposé à le faire. Il semblerait d’après le même commissariat qu’une pétition soit lancée.

Qui a pu autoriser un tel événement sans prendre les dispositions qui s’imposent entre autres s’assurer du respect des règles sonores. Ce n’est pas la première fois que les vaudais déplorent le volume sonore. D’autant que l’autorisation a été accordée jusqu'à cinq heures du matin.

Et puis, quid de la pollution du site ? Il y en avait de partout ce matin. Fort heureusement des équipes de nettoyage étaient à pied d’œuvre, mais d’après les remarques de certains, une partie du personnel prévue à fait faux bond.

V.L