Alcool et drogue au volant

Share

 

Dimanche 20 août 2017

Plusieurs enquêtes récentes soulignent l'augmentation du nombre de conducteurs sous l'emprise de drogues et en particulier du cannabis. Conduire sous l'emprise de stupéfiants multiplie pas deux le risque d'avoir un accident mortel.

Troubles visuels, en particulier une vision nocturne dégradée, atténuation des réflexes, mauvaise perception des distances, mais aussi une forte désinhibition sont les principaux effets du cannabis sur le comportement du conducteur et autant de facteurs entraînant une conduite à risque. Pire encore, le mélange cannabis et alcool démultiplie ces facteurs de risques. 

En mars 2017, un chauffeur routier , a provoqué un accident sur l'autoroute A7 à Ternay (Rhône), tuant deux fillettes, «Il a admis avoir consommé des stupéfiants» la veille de l'accident.

 

Le chauffeur avait été déjà condamné en 2002 pour «transport, détention, cession et acquisition» de drogues. Des produits stupéfiants ont également été retrouvés dans la cabine de son poids lourd.

En 2014, Cinq personnes d'une même famille, dont trois enfants âgés de 7 à 13 ans, ont été tués par un camion qui roulait à contresens. Le conducteur du poids-lourd, contrôlé positif à la cocaïne, avait déjà été condamné pour conduite en état d'ivresse en 2007.

Si l'alcool entraîne dix fois plus de morts sur les routes que la drogue, la conduite sous emprise de drogue représente toutefois un phénomène de plus en plus fréquent notamment chez les jeunes conducteurs.

La MAAF vient de publier les résultats de sa dernière enquête Vigicarotte « Alcool et drogue au volant, les usages des 18-24 ans », obtenus grâce à un sondage réalisé auprès de plus de 3 000 jeunes conducteurs entre mai et juin 2017. Réalisée dans toute la France via le chatbot* JAM sur Messenger, cette étude permet de mieux connaître les habitudes et comportements des 18-24 ans, une tranche d’âge particulièrement sensible aux risques sur la route.

Si, en 2016, la mortalité routière de ces derniers est en légère baisse par rapport à l’année précédente (597 victimes, - 3,6 %), elle reste la première cause de mortalité pour cette catégorie d’âge. De quoi pérenniser les actions de sensibilisation de Vigicarotte, dispositif de prévention routière destiné à responsabiliser les 18-24 ans face aux risques de l’alcool et de la drogue au volant.

 

Et le constat est inquiétant, puisque, selon l’enquête, 40 % des interrogés avouent avoir déjà pris le volant après avoir consommé de l’alcool ou de la drogue (contre 35 % de l’ensemble des répondants de tous âges). Pourtant, 1 jeune sur 2 applique toujours le principe du conducteur désigné lors d’une soirée, et 62 % des jeunes arrivent à dire toujours non à un ami qui a trop bu ou trop fumé et qui propose de les ramener. Des « bonnes pratiques », qu’il est nécessaire de déployer encore plus largement, « en faisant preuve de pédagogie et en poursuivant des actions de terrain telle que Vigicarotte » – pour reprendre les mots de Pierre Nègre, responsable de la prévention chez MAAF Prévention.

Repères, les 18-24 ans sur la route :

- Les accidents de la route sont la première cause de mortalité des 18-24 ans

- 597 personnes âgées de 18 à 24 ans ont été tuées en 2016 sur les routes de France

- 24% des 18-24 ans impliqués dans un accident mortel étaient alcoolisés

Source : Observatoire national de sécurité routière (ONISR), chiffres 2016

Les grands enseignements de cette enquête pour la région Normandie :

Près d’1 jeune sur 3 consomme de l’alcool plusieurs fois/semaine !

30 % des jeunes boivent plusieurs fois par semaine/tous les jours de l'alcool (vs 29% sur l’ensemble des 18/24 ans français).

Dans le détail, pour 27%, c’est plusieurs fois par semaine et 3% en consomment quotidiennement.

Seulement 8% n’en consomment jamais.

1 jeune sur 2 a fumé du cannabis dans l’année !

50% des jeunes consomment du cannabis au moins une fois dans l'année (vs 47%).

7% fument plusieurs fois dans la semaine et plus d’un jeune sur dix (15%) fume tous les jours (vs 11%).

Près d’1 jeune sur 5 a essayé les drogues « dures »

18% des jeunes ont essayé au moins une fois une drogue de type cocaïne, LSD, MDMA… (vs 23%).

4% ont une consommation régulière et un jeune sur dix (10%) a essayé au moins 4 fois

Une consommation à la maison ou chez les amis

Sans surprise, les jeunes consomment avant tout à la maison/chez des amis : 79% (vs 77%).

Viennent ensuite les bars : 30% (vs 31%) et en boîte : 16% (vs 16%).

NB : il y avait plusieurs réponses possibles

* Le chatbot est un robot ou programme informatique doté d’intelligence artificielle qui est capable de mener une conversation sur Messenger en posant des questions ouvertes ou fermées, après s’être identifié auprès de son interlocuteur.

V.L