C’est la reprise

Share

 

Jeudi 14 septembre 2017

À chaque rentrée doit finalement être associé un mouvement de grève. C’est devenu comme une tradition. Celle-ci n’a pas dérogé à la règle. À Vaulx-en-Velin quelques écoles ont manifesté leur mécontentement sur les réformes gouvernementales, il faut bien un motif pour faire grève. Mais c’est sur fond d’interrogation sur la loi travail et ses ordonnances qui viennent modifier certaines règles du dialogue social que l’habituel rassemblement au pied du bâtiment municipal a eu lieu.  Avoir des envies de reformes a un coté positif, une société évolue, ses règles évoluent, mais le dialogue entre un patron et ses employés  n’est pas neutre, il existe une pression de l’un sur l’autre qui nécessite la présence d’un tiers et de gardes fous notamment dans des petites entreprises. Sur ce point la « loi travail » n’est guère favorable aux salariés et quant à la création d’emplois il n’est pas dit que ce soit son principal objectif. D’ailleurs Bruno Bonnel, le très médiatique porte-parole macronien fraîchement élu député, mais tout de suite les points sur les i sur ce sujet.    

Nous allons attendre les prochaines annonces concernant les autres réformes préconisées par Jupiter. En septembre s'enclencheront d'autres chantiers,  ceux des retraites, de l’assurance chômage, de la formation professionnelle et de l’apprentissage, la hausse de la CSG et l’emblématique réforme de la fiscalité de l’épargne et du patrimoine qui va faire couler beaucoup d’encre. Pendant que le livret A des pauvres sera gelé,  les  quelques milliers de foyers les plus riches pourront faire la fête avec le cadeau de 7 milliards (chiffres OFCE) sur la redéfinition de l’ISF.

Cette rentrée coïncide également avec de nouvelles dispositions pour Hélène Geoffroy puisqu’elle ne fait plus partie de la majorité présidentielle et que le PS est en pleine déliquescence. Revenu aux commandes de la ville après l’intermède Pierre Dussurgey, nous pouvons considérer qu’elle a perdu un certain nombre d’appuis dont elle pouvait disposer de par sa fonction de député puis celle de secrétaire d’État.

D’autant que ces relations avec Gérard Collomb véritable patron de la métropole et de la ville de Lyon qui occupe le poste ministre de l’Intérieur du gouvernement Macron ne sont pas au beau fixe. (Nous pouvons nous avancer en disant que ce sera un des plus mauvais ministres de l’Intérieur de ces trente dernières années).  Il nous a été relaté que lors de la venue de Gérard Collomb à Vaulx-en-Velin pour soutenir Anissa Khedher , « Le Hasard » a fait que nos deux protagonistes ce soient croisés sur un marché avec un échange réduit au plus strict minimum.  

Il semble donc que ces trois premières années de mandat du nouvel exécutif ont plutôt contribué à assoir des ambitions personnelles qu’à réellement servir la ville, car les retombées sont à considérer comme partie négligeable. Nous aurions pu supposer que le passage d’Hélène Geoffroy au sein du ministère de la ville aurait favorisé d’une manière ou d’une autre la venue du tramway au Mas du Taureau, élément indispensable à sa mutation. Cependant ce n’est pas le cas. La ville a pu conserver un bon niveau de dotation de l’État malgré les coupes franches du gouvernement du fait de sa position sociale. Un simple calcul basé sur les conditions de vie de la population vaudaise.

La sévère défaite de Muriel Lecerf et de Renaud Gauquelin lors des législatives (543 voix) alors que les cadres de l’exécutif et Hélène Geoffroy se sont investis comme jamais a du laisser un gout amer à cette dernière et quelques certitudes en moins. Elle a donc entamé une phase de reconquête de sa notoriété.  Une première phase où il va falloir tâter du journaliste complaisant et caresser le cul des vaches dans le sens du poil. Si c’est facile pour les premiers, c’est nettement plus délicat pour les seconds.     

V.L