Conseil municipal du jeudi 21 septembre 2017

Share

 

Mercredi 20 septembre 2017

La vie municipale reprend son cours avec le traditionnel conseil municipal ou les élus porteront à débat et au vote un certain nombre  de délibérations. Comme nous sommes limités à 10 MO pour charger les documents, vous pouvez consulter l’ordre du jour sur le site de l’APVV.

 http://www.apvv.fr/

En premier lieu, Il sera soumis au vote une subvention pour aider nos compatriotes qui ont subi les affres de l’ouragan Irma et qui malheureusement se préparent à faire face à d’autres tempêtes.  2000 euros peuvent paraitre dérisoires alors que les dommages sont évalués à plus d’un milliard et que de nombreuses familles sont dans le besoin, mais c’est un geste qui peut être complété par la bonne volonté de chacun d’entre nous afin que l’aide apportée par les Vaudais soit plus conséquente.  Les dons peuvent faire l’objet d’une déduction fiscale.

 https://dons.fondationdefrance.org/SOLIDARITE_ANTILLES/

Il va sans dire que lors de ce conseil municipal et de ceux à venir nous risquons d’entendre plus que de mesure la voix d’Hélène Geoffroy qui avait laissé la parole à Pierre Dussurgey devenu maire par intérim. Elle ne pourra pas s’empêcher jusqu’à la fin du ce mandat qui risque d’après quelques rumeurs être prolongé d’une année,  de répondre aux éventuelles critiques de l’opposition. 

La communication sur la rentrée scolaire sera sans doute une première occasion pour madame la Maire de s’exprimer et de s’auto congratuler. C’est un exercice qu’Hélène Geoffroy adore, entre sa prise de parole et l’incommensurable discours du porte-parole du PS les conseils municipaux vont durer.   Peut-être que l’opposition aura quelque chose à dire (à condition d’être présent ce qui n’est plus le cas depuis plusieurs mois pour l’équipe Genin) en mettant sur le tapis la demande des parents et des enseignants pour un retour à la semaine de quatre jours.

La communication sur les écoles est devenue un grand classique municipal. Il faut reconnaitre que le budget consacré à la rénovation des écoles est conséquent  et ce n’est pas un luxe tant le retard accumulé par les précédents exécutifs est visible. Nous allons en avoir pour des années avant que toutes les écoles soient remises à niveau. Mais au-delà des bâtiments et des équipements, les résultats scolaires des enfants sont un axe tout aussi déterminant et sur ce point nous attendons un peu plus de la part de la municipalité.

Toujours en rapport avec les écoles, les élus vont devoir se prononcer pour la reconduite du poste de chargé de mission sur les rythmes scolaires pour trois années supplémentaires. Cette réforme voulue par le précédent gouvernement à du plomb dans l’aile puisqu’il est permis aux communes qui le souhaitent de revenir en arrière ce qu’a déjà fait lors de cette rentrée scolaire un tiers d’entre elles. Il est à parier que dans un avenir proche les communes qui souhaitent poursuivre vont devoir financer sur leurs deniers l’intégralité des frais d’où sans doute une répercussion sur les familles. Est-ce que ce poste se justifie toujours dans cette configuration ? Attendons les débats pour comprendre les tenants et les aboutissants de la vision municipale.    

Un autre sujet très intéressant concerne la délégation du service jeunesse. Apparemment le service municipal qui s’acquitte de cette tâche ne donne pas satisfaction ?  Que va devenir le personnel municipal en charge de ce service ? Ne vont-ils pas faire doublon ? 

Un autre service semble être également en difficulté. En effet, sur les réseaux sociaux, il est fait part du fait que le professeur qui assure l’activité sportive auprès des retraités n’a pas perçu son salaire du mois de juin 2017 et que les relances sont sans effets.

Retour à nouveau sur le projet de ZAC du Mas du Taureau. Un sujet récurrent, mais très intéressant puisque c’est un quartier historique de la ville qui doit être réaménagé et il faut le dire, la réussite de se projet qui se veut ambitieux conditionne le devenir de notre ville, autant pour son image que par le message qui sera délivré. C’est donc le futur vaudais qui se dessine à travers l’évolution du  Mas du Taureau. Nous pouvons dire que nous avons de la chance, le projet porté par l’équipe Charrier-Genin n’apportait pas les éléments indispensables à sa requalification et à l’équilibre sociaux économique et a pu donc être revu. Que la concertation avec le public soit fructueuse et que l’exécutif nous concocte une restructuration à la hauteur de l’enjeu.  Cependant une question reste toujours en suspend, comment mettre en œuvre un tel projet sans certitudes sur les infrastructures en terme de transport ? Le tramway est un élément à fort potentiel pour l’avenir de la ZAC et de ses futurs habitants. Ne pas avoir de certitudes quand à son implantation est un gros handicap. 

La maison de quartier-médiathèque revient sur le tapis. Il faut avouer que ce projet nous fait un peu peur à la fois sur son utilité ainsi qu’au niveau des frais de fonctionnement que cette structure va engendrer. La municipalité envisage un équipement digne «du XXIe siècle»,   il est question de coût de réalisation sur la délibération, mais jamais de coût de fonctionnement. C’est une question que nous aimerions voir posée. Quel est le prévisionnel envisagé ? En son temps, la piscine Zittoun avait fait l’objet de remarques sur ce point. Ces frais qui devraient avoisiner si l'on se réfère à quelques structures équivalentes ne sont pas neutres.  Ne vont-ils pas empêcher d'assumer d'autres missions, notamment celles de l'accompagnement social ? Il est à craindre vu la configuration que prend le plan d’économie budgétaire du gouvernement que les dotations soient amenées à la baisse avec les conséquences que cela impose et notamment une hausse des impôts pour les habitants qui seront assujettis à la taxe d’habitation et à la taxe foncière.