Rencontre sur le thème sécurité

Share

 

Vendredi 22 septembre 2017

Selon le site d’info Salade Lyonnaise Jupiter devrait la semaine prochaine rencontrer à Lyon Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur pour aborder entre autres le sujet sécurité. Lyon c’est finalement un peu comme le domaine des dieux. En début de semaine, nous avions abordé cette problématique qui à notre avis fait souvent l’objet de grandes envolées lyriques, mais est rarement traitée à sa juste valeur.

Voilà encore deux exemples qui parlent d’eux-mêmes pour revenir sur des faits récurrents.

Mercredi dernier vers 19h15, un équipage de police a interpellé un jeune homme qui circulait sur un scooter volé avenue Henri-Barbusse à Vaulx-en-Velin. Une vingtaine de jeunes du quartier se sont aussitôt attroupés et ont pris à partie les forces de l’ordre.

Vendredi 15 septembre, un équipage de police contrôle un automobiliste de 22 ans cours Émile Zola. Pourquoi lui ? Il se trouve qu’il est défavorablement connu des services de police. L’individu insulte les forces de l’ordre et se rebelle alors qu’il est en possession de quelques grammes d’herbe.

Dans le journal le progrès on peut lire « Convoqué au commissariat, le mis en cause a été placé en garde à vue. Durant son audition il a reconnu l’ensemble des faits qui lui sont reprochés. Remis en liberté, il est convoqué au tribunal le 1er mars 2018 pour une procédure de reconnaissance préalable de culpabilité avant d’être à nouveau appelé à s’expliquer dans le cadre d’une convocation par officier de police judiciaire ».

Cette petite délinquance de proximité fait grimper les chiffres, occupe les juges et les tribunaux, démoralise les policiers qui ont sans cesse affaire aux mêmes individus. Puisque Jupiter aime faire des économies, voilà une occasion pour lui de travailler sur un sujet beaucoup plus ardu que de piquer 5 euros sur les APL. Donc à la hauteur de notre nouveau président. Cette petite délinquance de proximité mine la population et particulièrement les aspects liés aux rodéos des scooters, quads et autres engins motorisés. À cela s’ajoutent les incivilités en termes de circulation, feux rouges grillés et dépassements olé olé. C’est fortement désagréable d’avoir une automobile qui vous colle aux fesses afin de dépasser et les excès de vitesse sont fréquents.

Les habitants s'en plaignent parce qu'ils sont excédés par le bruit ou parce qu'ils ont peur que leurs enfants se fassent renverser. Pour les policiers, c'est très délicat d’interpeller les scooters, car, une course poursuite peu très mal se finir. 

Bien sûr ce contexte n’est pas l’apanage de Vaulx-en-Velin, C’est une plaie pour les villes de banlieue et un dilemme pour les policiers,  mais on ne peut pas dire que notre exécutif se mobilise fortement ou alors c’est bien caché. Des améliorations sont en cours au niveau de la police municipale, mais ce n’est pas suffisant, ni la police municipale, ni la police nationale ne pourront endiguer cette forme d’incivilité si des mesures fortes décidées par le gouvernement notamment en terme de justice ne sont pas mises en œuvre.

Il est facile d’ajouter des radars supplémentaires y compris dans les virages, il est plus difficile de prendre des mesures coercitives dans les banlieues pour traiter les incivilités qui encombrent les tribunaux et les commissariats.

Attendons donc quelles seront les annonces faites par Emmanuel macron pour s’attaquer à ces problèmes qui montent en puissance année après année. Certaines municipalités se servent des caméras de vidéosurveillance afin de verbaliser ceux qui ne respectent pas le Code de la route et identifier les conducteurs de scooters, mais c’est sur leur budget alors que c’est un manquement au devoir de l’état.   

V.L