Arnaques à l’assurance maladie

Share

Samedi 30 septembre 2017

Une infirmière libérale, âgée de 50 ans, a été interpellée mercredi pour une affaire d’escroquerie. En titre dans la presse : Elle exerçait à Vaulx-en-Velin, dans le Rhône.

« Soupçonnée d’avoir détourné plus de 587.000 euros au préjudice de la Sécurité sociale, entre 2011 et 2016, elle a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire vendredi à Lyon, a-t-on appris de source judiciaire.

Interpellée par la police mercredi à son domicile, la quinquagénaire, qui exerçait comme infirmière libérale à Vaulx-en-Velin (banlieue de Lyon), a été mise en examen pour «escroqueries et escroqueries aggravées». Elle a été placée sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer.

L’enquête a mis en évidence des «facturations majorées de nuit», ainsi que des «facturations fictives» au préjudice de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Rhône, selon la police qui a saisi 20.554 euros sur ses comptes.

L’infirmière nie les faits.

Le 15 septembre, une femme médecin de 61 ans, exerçant aussi à Vaulx-en-Velin, avait été condamnée par le tribunal correctionnel à quatre ans de prison ferme pour avoir escroqué la Sécurité sociale de plus de 800.000 euros, via des surfacturations de 2011 à 2015. »

AFP

Déjà en 2016 une infirmière Vaudaise de 55 ans avait, semble-t-il, délibérément triché avec la Sécurité, pour avoir entre 2009 et 2014, perçu pour plus d'un million d'euros de prestations, dûment versées par la Caisse Primaire d'Assurance Maladie du Rhône.

« Un système qui est apparu frauduleux aux contrôleurs dans la mesure où il aurait fallu, selon la CPAM, des journées de 55 heures pour justifier une activité aussi soutenue. La ficelle était un peu grosse : des actes fictifs ou facturés plusieurs fois, des surfacturations qui ont permis à l'infirmière d'en tirer des revenus mirobolants. Les enquêteurs ont ainsi pu découvrir que l'infirmière disposait de... 18 comptes bancaires et d'un crédit courant de 885 000 euros. Elle possédait par ailleurs un patrimoine immobilier conséquent, pas moins de sept appartements achetés à crédit".  

Décidément, comme le dit un petit blogueur Vaudais, il se passe toujours quelque chose à Vaulx-en-Velin et pas qu’en politique.

V.L