Des nouvelles de l’ex de la 7ème

Share

 

 

Mercredi 11 octobre 2017

Lors d’élections électorales il y a toujours des gagnants et des perdants. Renaud Gauquelin qui avait remplacé Hélène Geoffroy à l’assemblée nationale  fait partie de la seconde catégorie.  Jouer dans la cour des perdants n’est pas toujours chose aisée et provoque une certaine forme d’amertume et d’injustice notamment lorsqu’on estime avoir été le meilleur candidat.

D’autant que les revers s’enchainent pour ce dernier, Renaud Gauquelin L’ancien maire de Rillieux-la-pape était simple élu de l’opposition socialiste au conseil municipal de la commune après sa défaite aux municipales de 2014.

Cela n’a pas fait la une des journaux, (qui connait Renaud Gauquelin) mais notre EX lâche la politique et démissionne de son mandats de conseiller municipal d’opposition mais non sans s’épancher sur le macronisme ambiant. 

“Ainsi voilà le peuple français dirigé par un homme jamais élu localement et s’exprimant partout à l’étranger pour critiquer, insulter, mépriser avec suffisance son peuple”, écrit Renaud Gauquelin, dénonçant également “une politique sociale clairement de droite, ultralibérale et inefficace à terme”.

Renaud Gauquelin a quand même dû remarquer que presque toute la baronnie socialiste locale s’est ralliée à Emmanuel Macron et que ces derniers partagent donc une politique sociale clairement de droite et ultralibérale. Comme quoi dur de comprendre le socialisme. Et il n’oublie pas un petit commentaire à l’intention de sa remplaçante la députée LREM locale Anissa Khedher. “Chacun a oublié son nom. Son inexpérience, même locale, est un vrai handicap”. Que Renaud Gauquelin se rassure, il était loin d’être un cador de la politique et nous l’avons déjà oublié.

Sa colistière à la députation ne sera pas non plus trop déçu de le voir quitter la politique. Apparemment la relation n’était pas fusionnelle.  En effet ce dernier montrait peu de considération pour notre élue Vaudaise  et secrétaire de la section locale. C’est comme si elle se retrouvait dans la peau du couple Bertin dont apparemment la mise à l’écart semble se poursuivre malgré un début d’embellie relatif à la réélection d’Hélène Geoffroy à la tête de l’exécutif.