Un PLUH qui passe mal.

Share

Samedi 4 novembre 2017

La municipalité commence à se rendre compte que le PLUH concocté par la métropole n’est pas si avantageux que supposé pour les vaudais.  Les élus n’ont apparemment rien vu venir et les conseils de quartier s’interrogent.

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) est un document réglementaire, qui détermine les règles d’usage des sols sur l’ensemble du territoire communautaire à partir des grands objectifs définis en matière de développement économique d’habitat, et d’environnement.

Le futur PLU du Grand Lyon évolue dans son contenu en intégrant le Programme Local de l’Habitat (PLH) et devient le PLU-H. Au-delà des règles d’urbanisme, il précisera donc les objectifs de la collectivité en matière d’habitat et les actions à mettre en œuvre pour répondre aux besoins en logement de tous les habitants actuels et futurs.

Le futur PLU-H du Grand Lyon est élaboré à l’initiative et sous la responsabilité de la Communauté urbaine de Lyon, en concertation avec les 59 communes qui la composent : c’est un PLU-H intercommunal. Il est révisé tous les 10/15 ans.

Une des premières et plus importantes missions qui avait été confiée aux conseils de quartier fut de participer à l’élaboration du nouveau PLUH, les habitants étant les mieux placés pour évaluer et définir quelles seraient les prérogatives futures en termes d’urbanisation sur la ville. Et les conseils de quartier prirent cette tâche très au sérieux.

Lors de la restitution aux conseils de quartier par l’adjoint à l’urbanisme du PLHU voté par lui-même et autres élus vaudais dont Hélène Geoffroy et Muriel Lecerf lors du conseil métropolitain de septembre,  la surprise fut grande. En effet, le résultat n’était pas tout à fait conforme à l’annonce faite par la municipalité comme quoi 90% des propositions avaient été retenus.

Comme le PLHU doit être voté lors du prochain conseil municipal il devient difficile de justifier un vote positif alors que les conseils de quartier sont vent debout. D’autant qu’il semble que personne ne s’était réellement penché sur le nouveau PLHU que ce soit au niveau du service urbanisme par manque de personnel et  l’adjoint à l’urbanisme pour des raisons qui nous échappent, peut-être par manque de compétences.

Lundi avait lieu une réunion de la commission urbanisme au conseil de quartier du village, mais elle a été finalement annulée, car la salle était malheureusement prise. Pas de chance pour ceux qui n’avaient pas été prévenus à temps et qui se sont rendus à la réunion. Ils ont trouvé porte close, mais salle finalement vide ce qui n’est pas sans poser quelques questions sur la raison de l’annulation de la réunion, car finalement la salle était libre de 18Heures à 20Heures. Une journaliste du progrès était d’ailleurs présente.

Par contre mardi prochain, une rencontre est prévue entre madame la mairesse et un certain nombre de participants des conseils de quartier. Dans quel but ? Hélène Geoffroy espère-t-elle les convaincre que le PLHU qui doit être voté la semaine prochaine au conseil municipal est bon pour les Vaudais. Un exercice qu’elle maitrise parfaitement, mais réussira-t-elle à convaincre les plus virulents d’entre eux ? Difficile de traiter les habitants comme elle entend le faire avec l’exécutif en imposant sans discussion ces choix.

Un vrai casse-tête qui sera sans doute l’objet d’un débat des plus intéressant.