Armement de la police municipale

Share

 

Samedi 9 novembre 2017

Les policiers municipaux de Vaulx-en-Velin étaient en grève ce vendredi, pour recevoir de meilleurs équipements.

Le départ du mouvement social serait le refus de la municipalité de rencontrer les agents de police avant la date du 8 décembre et la fête des cardons. "Nous n’avons pas été reçus et on nous proposait le 13 décembre… Nous lui tendions une main, Mme Geoffroy ne l’a absolument pas saisie" déplorait un policier. Effectivement, ces derniers requièrent le droit d’avoir à disposition des armes à feu. 

Certains étant déjà équipés de Taser ou de bâtons de défense télescopiques, les policiers jugent ces équipements insuffisants "pour des missions de plus en plus difficiles dans des quartiers sensibles". Pour le SDPM (Syndicat de la police municipale), la question est simple, puisqu’elle tient du cadre légal. Jean Christophe Duhamel, secrétaire adjoint du bureau national du syndicat, soulignait d’ailleurs que de plus en plus de maires optaient pour l’armement létal, "à cause du risque d’attentat".

Un arrêté de la maire Hélène Geoffroy (PS) obligeant certains agents à occuper leur poste a toutefois freiné la manifestation. Cette dernière a justifié le décalage de la rencontre avec les policiers "pour cause d’agenda", et assuré que des efforts avaient été faits, notamment en termes d’effectifs, d’indemnités et d’équipements. Sur la question de l’armement, la maire a dit ne pas d’y opposer catégoriquement : "Je souhaite y aller étape par étape".