Et oui, grande nouvelle, il peut neiger en décembre !

Share

 

Jeudi 21 décembre 2017

Un petit retour sur la matinée de lundi matin qui a vu une paralysie complète des principaux axes routiers Vaudais et cela pour quatre malheureux centimètres de neige. Et oui, il peut neiger en décembre et pour ceux qui s’en souviennent, il fut une époque où cela arrivait même au mois de mai et en quantité tout autre. Quelquefois plusieurs dizaines de centimètres et les bus roulaient !!!!

Ce lundi donc aucune surprise puisque la météo l’avait prévu bien à l’avance, il a fallu parfois une heure trente pour faire un petit kilomètre. On peut rejeter la faute sur la métropole qui bien que prévenue des conditions climatiques a tardé à faire son travail, nous n’avons vu les premiers chasse-neiges qu’aux alentours de 9 heures le matin, à un moment où le passage des véhicules ne les rendaient plus indispensables.

Avec 59 communes à gérer puisque la métropole s’est attribuée cette compétence logique en terme de mutualisation de matériel, la tâche est immense, mais si l’on se réfère aux commentaires venant de toute l’agglomération, entre ne rien faire et tout faire il y a un juste milieu que nous sommes en droit d’attendre.  

Mais quatre centimètres de neige fraîche sur un support non verglacé ce n’est quand même pas la mer à boire et n’importe quel véhicule est en mesure d’affronter ces conditions climatiques pour peu que l’on sache conduire et que l’on fasse preuve de respect au niveau des ronds-points, véritable zone d’affrontement et d’indiscipline.

Que se passerait-il lorsque nous devrons faire face à quelque chose de plus conséquent. Rester à la maison comme le préconise un vice-président de la métropole en attendant que « le chasse-neige soit passé, que le sel ait été mis et que d'autres voitures avec des pneus neige aient roulé ». Mais c’est peut-être du fait que la métropole s’évertue à vouloir s’attribuer toutes les compétences que cela finit par ne plus fonctionner là ou auparavant les municipalités étaient opérationnelles.

La propreté  est un autre exemple sur lequel nous pouvons nous interroger. À une certaine époque, nous avions des cantonniers municipaux et du travail bien fait. Bien sûr il n’y avait pas autant de détritus qu’aujourd’hui dans les rues, conséquences d’une société de consommation qui ne respecte plus rien, mais la métropole  bien que faisant travailler ses agents en pleine nuit (nous nous demandons d’ailleurs vu la qualité de l’éclairage comment il possible de faire un travail correct) nous démontre qu’elle a beaucoup de progrès à faire. ce n'est encore qu'un tout petit enfant qui veut faire beaucoup de choses.