Et nous voila reparti pour une nouvelle année

Share

 

Mardi 2 janvier 2018

 

Si nous avions la possibilité d’exaucer un de nos vœux, que choisirions-nous ?  Chaque situation est différente, chaque besoin est différent, mais nous avons tous quelque chose à combler. Alors que votre vœu le plus cher se réalise. 

Une nouvelle année est propice aux résolutions,  mais aussi synonyme d’espoir dans de nombreux domaines. Donner du sens à notre existence le but recherché par tout un chacun d’entre nous. Médiavaulx souhaite à tous ces lecteurs une bonne et agréable nouvelle année 2018.

 

Lorsqu’une année s’achève, c’est également le moment de faire le bilan de l’année écoulée.  Nous gardons le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur de l’attente de nos lecteurs. Il est simple d’écrire lorsqu’on prend fait et cause pour une cause, beaucoup plus lorsqu’il faut rester juste et ne pas se laisser emporter par des considérations de tout ordre.

Et puis la vie politique vaudaise n’est pas très captivante et répéter sans cesse les mêmes choses procure une certaine lassitude. Nous avons une opposition quasi insistante, un Bernard Genin ancien maire qui ne met plus les pieds au conseil municipal depuis des lustres bien qu’il réitère à chaque fois son intention d’un retour,  ce qu’il avait promis en janvier 2017 et renouvelle pour 2018.

Nous l’avons également perdu de vu sur la ville lors des diverses manifestations et notamment des commémorations.  Tout laisse à supposer qu’il ne démissionne de son poste de conseiller municipal comme l’on fait de proches camarades car cela entraînerait de fait la perte de son mandat de conseiller métropolitain et les substantielles indemnités.  Si ce dernier pouvait nous faire parvenir  quelques éléments tendant à prouver que ses détracteurs font fausse route cela permettrait de lever cette ambigüité. un article dans le journal local n’est pas un justificatif suffisant semble t'il. Quelque chose de plus concret serait sans doute très apprécié.

Avec Bernard Genin, c’est tout le parti communiste qui se trouve aux abonnés absents ne pointant le bout de leur nez que lors d’élections.  Sur le blog de la section vaudaise, le dernier article date du 23 mai 2017  ( http://www.pcfvaulx.fr/) Il y a surement des choses à dire sur la vie vaudaise, dommage qu’ils ne soient pas loquaces. 

Nordi Gasmi compagnon de route de Bernard Genin semble avoir pris la même tangente. L’UVI dont il était la tête de liste est devenue muette avant de jouer depuis quelques mois la file de l’air. Pourtant, avec trois élus nous aurions pu espérer un peu plus d’assiduité et surtout de pugnacité à défendre un point de vue qui semble-t-il ne manquait pas d’à-propos  lors de la campagne des municipales en 2014. Une nouvelle vision de Vaulx-en-Velin et de la politique, des promesses et puis le silence des trois élus UVI. Eh oui, le problème c’est que sans doute il faut travailler les dossiers et la c’est une autre paire de manches.    

Pour défendre le projet de l’ancienne municipalité, ne reste plus que Saïd Yahiaoui et  Philippe Zittoun. Batoul Hachani n’ayant pas ouvert la bouche depuis son arrivée au conseil municipal.  Ces derniers participent aux débats lors des conseils municipaux apportant parfois une vision contradictoire ou des précisions.  Apparemment leurs actions sur la ville ne se limitent qu’à cet exercice.  

L’opposition de gauche est donc un peu comme le programme TV lors des périodes de vacances.  Il y a du contenu, mais il faut zapper pour trouver la bonne chaine.

Du côté de l’opposition de droite, comme nous l’avions évoqué, il semblerait qu’une organisation se mette en route pour les prochaines échéances municipales. Peut-être sans Philippe moine qui quitte Les Républicains. Pour l’instant ce dernier n’a pas précisé s’il rejoint un autre parti politique. À l’image de son mentor Bruno Lemaire, jouera-t-il le rapprochement avec le parti présidentiel.

Du côté de la majorité pour une partie des élus,  l’inexpérience des premiers jours a laissé place à quelque chose d’indéfinissable qui pourrait de prime abord être caractérisé pour de l’incompétence. Il est cependant possible que le peu de latitude laissé par les caciques du parti socialiste ait généré une certaine démotivation d’où le peu de présence sur le terrain et le silence relatif. Ce silence est parfois fois brisé par les prises de positions du groupe APVV conduit par Stéphane Bertin  qui curieusement s’apparentent parfois  à de l’opposition comme si les deux groupes n’étaient pas pour certains sujets sur la même longueur d’onde.  Sans doute les caciques socialistes mènent-ils la dance  sans tenir compte de leurs partenaires ce qui crée une source d’amertume tarie par une parole libérée.  Comme nous l’avons avancé à plusieurs reprises c’est un jeu de dupes qui s’est initié avec le parti socialiste. La mariée était trop belle et gourmande ne laissant que peu d’espace autour d’elle et ne tolérant aucune forme de contradiction. Quand la maitresse entre dans la classe, les élèves doivent se taire. Ce n’est donc plus du partenariat.   Combien  de temps Stéphane Bertin pourra-t-il résister à ce sentiment de frustration ? Peut être que 2018 apportera un élément de réponse d’autant que cela parait cogiter sur le sujet autour d’Hélène Geoffroy.  Nous nous sommes laisser dire qu' une « réunion secrète » s’est déroulée  avec pour thème comment se séparer de l’APVV.  Le prochain conseil municipal nous pourrait-il réserver quelques surprises ?

Après avoir  renouvelé son soutient à Hélène Geoffroy lors de sa réélection comme mairesse de Vaulx-en-Velin avec apparemment en gage la promesse de cette dernière d’être plus à l’écoute verrons nous donc Stéphane Bertin à nouveau en passe d’être mis au ban pour la plus grande joie de ses détracteurs.

En tout cas la situation pourrait s’avérer des plus curieuses. Christine Bertin membre du modem et donc proche de la majorité présidentielle est élue APVV. Cette dernière a été sanctionnée par Hélène Geoffroy sous couvert de divergences,  aimeraient la pousser à sortir de l’exécutif.  Il est possible qu’Hélène Geoffroy pour être réélue ce qui n’est pas acquis aujourd’hui se rapproche de la majorité présidentielle dont certains membres sont d'anciens socialistes élus faisant partie de sa majorité Certains signes laissent suggérer que c’est une alternative plausible nous l’avons d’ailleurs évoqué lors de précédant articles.

Ce faisant elle va devoir composer avec Christine Bertin et plus drôle avec Philippe Moine si celui-ci joue la carte LREM. Quelle sera la position de l’APVV et de Stéphane Bertin. Qui sera le dindon ou la dindonne de la farce ? En tout cas le spectacle s’annonce grandiose. De la politique comme on l’aime.

Et les vaudais dans tout cela ? Le service communication municipal a produit un beau document récapitulatif des actions menées jusqu’à la mi-mandat. S’il est un domaine où l’exécutif municipal a excellé, c’est bien celui de la communication. Charrier-Genin battu à plate couture. Nous ne savons pas si cela sert à grand-chose, car c’est comme la publicité, à une certaine dose nous devenons hermétiques. En tout cas, toutes les occasions sont bonnes pour communiquer comme s’il fallait combler un vide. Cela doit peser sur le budget municipal et occuper un certain nombre de personnes.

Le 92 pages du bilan de mi-mandat que nous avons trouvé dans nos boites aux lettres représente en tenant compte du personnel qui a travaillé sur le contenu et les coûts d’impression à lui tout seul un montant non négligeable.  Un élu de l'opposition aura t'il la curiosité de demande le coût réel ?   

Que nous apprend ce document ……..