Les conseils de quartier revus et corrigés

Share

Samedi 20 janvier 2018

Le prochain conseil municipal va se dérouler le mardi 23 janvier et à l’ordre du jour,  outre le débat d’orientation budgétaire qui devrait être animé et commenté peut être par Bernard Genin qui s’il tient sa promesse devrait être présent après une absence de près de deux ans, la charte et le règlement revu et corrigé des conseils de quartier vont faire l’objet d’une délibération.

Nous sommes attachés à l’expression et la responsabilisation citoyenne. D’ailleurs le fait de pouvoir nous exprimer comme nous le faisons en toute liberté est une richesse dont peut s’honorer un pays comme la France. La démocratie est souvent considérée comme intolérable dans de nombreux pays.

La presse locale et la communication faite par les représentants des conseils de quartier lors du conseil municipal du 19 octobre dernier ont relevé différents axes d’amélioration qu’il est nécessaire de prendre en compte pour rendre plus fonctionnels et pertinents les conseils de quartier.

Le journal municipal à quelque peu édulcoré les propos tenus par les différents intervenants et oublié de mentionner que si à leur lancement les effectifs des conseils de quartier étaient relativement importants,  dans les derniers mois ce fût une hécatombe à l’image par exemple du quartier Vernay-Verchère qui ne s’est pas réunie faute de participant depuis au moins 18 mois. Chaque conseil de quartier ne compte plus qu’une dizaine de membres actifs s’il en est.  

Avant d’aborder la Charte et le règlement, c’est l’intention municipale qui nous intéresse. Dans les propos, elle est claire, ouvrir la démocratie participative et donner la parole et des responsabilités aux habitants. C’est aussi s’engager vers une vraie écoute des attentes des habitants. Dans les faits à entendre le discours majoritaire des membres des conseils de quartier, c’est un échec. Et celui-ci est à imputer à Hélène Geoffroy qui n’a pas su et voulu écouter. La municipalité a su faire des conseils de quartier un outil de communication par exemple en précisant que ceux-ci  ont été décisifs dans l’élaboration du nouveau PLUH alors que le résultat démontre qu’ils ont peu été entendus. 

Est-ce que l’intention municipale a pris aujourd’hui un autre virage ? Dans quelques mois nous serons fixés. Cependant les signes avant-coureurs ne sont gères encourageants. En premier lieu,  la municipalité indique que la nouvelle charte a été élaborée en concertation avec les conseils de quartier qui ont été invités à formuler les améliorations jugées nécessaires. D’après nos recherchent ce ne serait pas le cas ou alors en comité vraiment restreint.

Quel que soit la charte ou le règlement mis en place, un conseil de quartier ne peut fonctionner que si plusieurs conditions sont réunies. En premier lieu, le conseil de quartier doit être un lieu ou le prosélytisme, qu’il soit politique ou autre n’a pas sa place. C’est une école de la neutralité et de la citoyenneté. Nous appréciions le concept de fabrique citoyenne avancé par la ville de renne

 https://fabriquecitoyenne.rennes.fr/

 https://fabriquecitoyenne.rennes.fr/project/budget-participatif-2/selection/projets-retenus-1

Le conseil de quartier ne doit pas être accaparé par des intérêts particuliers et notamment politiques, car sources de conflits et de stérilités. Les habitants sont fatigués des querelles de partis et il y en a qui sont très forts pour ajouter de l’huile sur le feu. Beaucoup plus habile dans les intrigues que dans le travail effectif.

D’autre part, certains acteurs de la vie vaudaise poussent pour récupérer une partie du budget  afin de faire des fêtes ou activités qui leur sont proches. C’est dans ce cadre qu’il est évoqué une augmentation du budget de fonctionnement. Ce ne peut être un objectif du conseil de quartier.

Le conseil de quartier doit être indépendant et transparent avec la publication d’un bilan annuel de ses comptes et une diffusion régulière de ses activités. Dans la charte, il est stipulé que les comptes rendus des travaux des conseils de quartier seront diffusés avec l’accompagnement des services de la ville. « Accompagnement » est un terme qui mérite d’être précisé. Jusqu’où va l’accompagnement ? Simple diffusion sur le site, ou relecture et réécriture ?

Nous n’oublions pas que la volonté municipale a été ces derniers temps de ne pas publier les comptes rendus. Dans d’autres villes, les conseils de quartier possèdent un blog ou un profil Facebook qui leur est propre et permet de communiquer en toute indépendance. 

Quels sont les rôles et  responsabilités  de l’adjoint de quartier ? C’est également un élément qui mérite d’être précisé avec une plus grande attention, car de nombreuses critiques ont été émises à leur encontre. Ils pourraient valider les comptes rendus. Nous avons également du mal à comprendre à l’heure ou le débat d’orientation budgétaire laisse apparaitre un équilibre financier précaire ce qui justifie l’emploi d’un chargé de mission dont le rôle n’a rien trouvé de positif à nos yeux puisqu’il a quasiment été inexistant pendant les trois ans de sa mission et l’apport d’une ressource supplémentaire cadre A de la fonction publique. À partir de là, un échec en fin de mandat serait incompréhensible.

Il semblerait que d’ici la fin du mois, la constitution du nouveau conseil de quartier soit lancée dans des conditions et une procédure qui n’est pas tout à fait claire pour tout le monde. Si cela se passe comme la première fois où des mouvements de troupes ont été enregistrés pour prendre le pouvoir au sein du bureau et de la vice-présidence, et bien les choses seront mal engagées.    Le 31 janvier prochain,  ce serait par exemple celui de la Grappinière.  

Nos préoccupations seront-elles entendues ? Nous souhaitons simplement que les outils de démocratie citoyennes, conseils de quartier, conseil citoyen, conseil des seniors, conseil des enfants soient des éléments à part entière du vivre ensemble et nous souhaitons que cette année 2018 soit celle du vivre ensemble.