Problèmes d’école

Share

 

Samedi 27 janvier 2018

Deux événements ont marqué la semaine. En premier lieu la consultation des parents d’élèves concernant le choix des rythmes scolaires. À près de 70 %, le choix  des votants s’est porté sur un retour de la semaine à 4 jours. Enterré également à Vaulx-en-Velin  la réforme Peillon. Notre ville suit donc la vague ou plutôt la déferlante du retour à 4 jours.

La polémique qui a prévalu pendant quelques semaines concernant le fait que la municipalité avait de fait orientée les choix possibles pour rester à 4,5 jours  est donc éteinte. Il ne reste plus qu’a détricoter ce qui avait été mis en place, notamment le recrutement des personnes en charge du périscolaire.

D’après l’opposition, pour Hélène Geoffroy cette problématique n’est pas que financière. Sur ce plan cela devrait plutôt contribuer à satisfaire les contraintes imposées par l’état.  Le péri scolaire permettrait de donner du travail à des jeunes des quartiers avec tout ce qu’il est possible de supputer en terme de bénéfice électoral.  

Une question restera sans réponse quelle est la meilleure solution pour les enfants. Car si la semaine de 4 jours recueille l’adhésion de la majorité des parents et des enseignants quel est le rythme le plus favorable pour les enfants ?  Il ne reste plus beaucoup de monde pour croire en la vertu des 4,5 jours accompagnés de périscolaires. Pourtant, à MédiaVaulx nous sommes convaincus que c’est la solution la plus pertinente pour une ville socialement défavorisée comme la nôtre.

Le second événement concerne le lycée Doisneau.   Une nouvelle fois des incivilités ont perturbé les cours  et nous avons vu les forces de l’ordre intervenir pour des jets de mortiers à l’intérieur des locaux. L’année débute sur de mauvais augures. Il fut un temps ou ce lycée était porté aux gémonies à la fois pour ses résultats et sa tranquillité.  Déjà en 2017 à plusieurs reprises les enseignants ont protesté contre les incivilités à répétition et contre les faibles moyens alloués à l’établissement. Les actions font suite à l’annonce de la diminution des moyens alloués à l'établissement pour la rentrée prochaine.

Les professeurs de ce lycée général sont de plus en plus inquiets. L'établissement, qui scolarise pour l'essentiel des élèves en provenance de collèges en Rep + (zones en difficulté) ne devrait pas, selon eux, dépasser les 500 élèves. 

On ne peut pas dire que cela sert de vitrine à la ville de Vaulx-en-Velin. La scolarité étant la préoccupation première des parents ce n’est pas avec de tels échos et en considérant le fait que le lycée vaudais se classe en dernière position en termes de résultats que les classes aisées vont se bousculer pour venir habiter Vaulx-en-Velin.  Ceux qui feraient sans doute partie des 7% à payer la taxe d’habitation.

D’après ce qui se lit sur les réseaux sociaux notre adjoint à la politique de la ville est venu enseigner dans ce lycée. Au cœur des problèmes, espérons que celui qui ne peut conclure un texte sans une citation apporte des réponses et peut être des solutions bien que la compétence sur les lycées n’est pas municipale, mais incombe à la région et nous savons que son responsable est plus préoccupé par son avenir politique que par les problèmes vaudais.