Surprise, surprise….

Share

 

Mardi 13 février 2018

C’est un exploit qu’a réussi le Sytral.  Programmer un projet de ligne de métro à un milliard d’euros sans le maire de la principale commune concernée ne soit pas au courant. C’est difficile à croire, mais voici les propos tenus par Pascal Charmot, le maire de Tassin-la-Demi-Lune à un journaliste de salade lyonnaise.  

“J’ai appris ce matin (jeudi dernier) à la radio que des annonces seraient faites aux médias sur ce futur métro qui me concerne au premier chef. Vous trouvez ça normal que le maire de la commune où le métro devrait faire son terminus ne soit pas dans les discussions avec le Sytral ?”

Celui-ci frustré s’est installé sans ne rien dire à personne au milieu des nombreux médias présents sur place pour couvrir la conférence de presse de la présidente du sytral.

“Bah monsieur le maire, vous êtes devenu journaliste ?”, ironise David Kimelfeld, le président de la Métropole de Lyon à son arrivée à ce point presse qu’il a animé avec sa collègue du Sytral. Avant d’ajouter : “Pascal, mettez-vous devant quand même, à côté de Thomas (Thomas Rudigoz, député LREM de la circonscription qui accueillera une partie de la future ligne de métro)”.

“Ah non sûrement pas, je n’ai pas été informé que vous alliez faire cette conférence de presse, donc je reste là”, a rétorqué d’un ton sec Pascal Charmot au président de la Métropole.

À la fin de la conférence de presse, Fouziya Bouzerda a quand même tenu à aller échanger avec l’élu hors de lui : “je vous ai laissé un message vocal hier sur votre portable pour vous dire de venir à la commission où nous avons présenté en amont de cette conférence de presse les résultats de l’étude à tous les élus siégeant au Sytral. Mais vous ne m’avez pas rappelé…”

Une justification qui ne semble pas avoir convaincu le maire de Tassin. “Oui, enfin me prévenir la veille pour le lendemain d’un projet aussi important pour ma commune, on a vu mieux quand même ! On va dire qu’on fera mieux la prochaine fois, Madame la Présidente”, a répondu l’élu local, d’un rire crispé.

On se demande bien quelle aurait été la réaction de Pascal Charmot si en plus il n’avait pas été favorable à l’arrivée du métro dans sa commune souligne Antoine Comte le journaliste de salade lyonnaise.

Cette méthode quelque peu cavalière si l’on peut dire prête à quelques interrogations. Difficile de croire que rien n’a jamais fuité du côté du conseil syndical du Sytral dont les 31 membres, tous des élus déjà bien installés dans le composent le conseil syndical.  Il vote les grandes orientations stratégiques préparées par le Bureau exécutif (BE) lors de séances qui ont lieu environ toutes les 6 semaines. Il ne pouvait donc ignorer le projet et les études et c’est donc étonnant que rien n’ait fuité quand on sait combien sont bavards nos politiques.

Nous remarquons également que l’Est Lyonnais est sous représenté ou que les élus de cette partie de l’agglomération sont sous-tutelle de Gérard Collomb le véritable qui reste le véritable patron du Sytral.