En France, personne n’abuse de son pouvoir……

Share

 

Vendredi 2 mars 2018

 

Le mouvement des jeunes avec Macron doit tenir son congrès fondateur à la mi-mars. Les 26 000 adhérents que revendiqués doivent y approuver les statuts de l’association.

Jusqu’ici rien n’anormal, des milliers d’association font de même.

Mais la lecture des dits statuts  nous réserve une surprise.  L’article 15 permet de priver de tout pouvoir les futures instances, démocratiquement élues, au profit des quatre fondateurs du mouvement soutenus par l’Élysée. C’est un peu comme  si au niveau de notre exécutif municipal vaudais, un triumvirat s’accorderait le pouvoir de tout décider sans consulter les autres élus. Impensable de la part d’une démocrate comme Hélène Geoffroy. Nul doute que des élus de l’exécutif se revoteraient au lieu de jouer les moutons de Panurge.  

Mais pas à chez LREM. Nous avons déjà évoqué comment le couple Colomb s’est propulsé à la tête du parti dans le Rhône et comment avec le courage qui les caractérise de nombreux élus socialistes dont la profondeur des convictions n’est plus à démontrer, ce sont associés à la démarche. On les dénomme des marcheurs, chez les socialistes (ceux qui le restent) des lâcheurs.

Le script est le cœur d’un film, sur le papier dans celui du mouvement des jeunes avec Macron, c’est un conseil (élu par le congrès) qui administre l’association et un conseil général (élu par le conseil) qui le préside. Mais c’est pour rire ! En réalité, toutes leurs décisions pourront être censurées  par un « comité stratégique » ou les quatre fondateurs se sont accordés la majorité absolue.

Écrit en novlangue macronienne, le dit article 15 prévoit en effet que le comité stratégique pourra, « à la majorité simple, décréter un « go out » et « s’opposer à toute disposition » prise par les instances régulièrement élues.

Pour parer à l’urgence, le texte précise que le comité en question « se réunit, autant de fois que nécessaire, à l’initiative de l’un de ses membres » et que « pour assurer sa pleine effectivité, il peut se réunir par tous les moyens ». Comprendre par internet, téléphone ou pigeon voyageur.  

Le chef de l’état qui veut à tout prix éviter que les jeunes macroniens reproduisent le fonctionnement incontrôlable des jeunes socialistes  - accorde toute sa confiance aux quatre fondateurs. Une fine équipe qui se présente comme une bande de « quatre amis (convaincus [par] la vision d’Emanuel Macron ».

Depuis l’élection de leur mentor, jean Gaborit (26 ans) est entrée au service de la presse de l’Élysée), Florian Humez (26 ans) a été promu collaborateur du président de l’assemblée, tandis que Pierre Person (29 ans) a été élu député ainsi que son compère Sacha Houlié (29 ans).

Et en prime ils ont été nommés surveillants généraux par Macron !!!! dixit le carnard enchainé