Ouverture du MEDIPÔLE Lyon-Villeurbanne

Share

Mardi 1 janvier 2018

Le Médipôle Lyon-Villeurbanne situé près du périphérique sur un ancien site industriel de cinq hectares, qui regroupe sur un même site sept établissements de santé venus à la fois des secteurs privé et mutualiste, accueille mercredi ses premiers patients.

Ce projet a germé en 2012, pour un permis de construire déposé en 2014, une première pierre scellée en 2016, qui a nécessité un investissement de 170 millions d'euros, est porté par les groupes privé Capio et mutualiste Résamut. Chacune des entités conserve son identité et son autonomie juridique.

Il a bénéficié d'une aide de l'Agence régionale de santé (ARS) de 30 millions d'euros. Avec ses 746 lits, ses 1500 professionnels de santé et ses 250 praticiens, va devenir le plus grand centre hospitalier privé de France (non pas en nombre de lits mais en volume de patients) prévu pour pratiquer 250 000 consultations par an et recevoir 40 000 urgences dans son bâtiment de 60 000 mètres carrés.

La construction d'un bâtiment compact de 26 mètres de haut, 170 de long et 80 de large a été réalisée via un crédit-bail auprès de Natixis et Société Générale, d'une durée de 20 ans. La maîtrise d'oeuvre du complexe chantier, qui a mobilisé jusqu'à six grues, a été confiée à ARTELIA.

Les activités chirurgicales, interventionnelles, techniques et de dialyse sont portées par Capio (troisième groupe privé français), qui gérait les cliniques du Tonkin et du Grand Large. Elles disposeront de 309 lits. La chirurgie (28 blocs), la réanimation, les soins intensifs, la médecine aiguë (cardiologie, néphrologie), le service SOS main et la dialyse (40.000 par an).

Le groupe Résamut (les cliniques mutualiste de Lyon et de l'Union (Vaulx-en-Velin), les établissements de soins de suite et de réadaptation des Ormes, pédiatrique de la Fougeraie et le centre Bayard) s'occupera avec 437 lits des urgences, de la maternité, de la néonatalogie et de toutes les spécialités médicales en plus des soins de suite et de réadaptation.

« Le patient ne verra pas la différence entre un opérateur ou un autre. Qu’il soit traité par Capio ou Resamut, par un médecin privé ou libéral, peu lui importe ». Répartie entre les deux entités, l’activité médicale permettra ainsi « de répondre à 95% des besoins hospitaliers, hormis quelques spécialités très pointues que seul un CHU peut offrir. 

Important : le Médipôle, facile d’accès en bus, tram et métro   est doté d’un parking de 670 places. 

Un bâtiment réservé aux consultations de médecine et SSR sera ouvert à proximité immédiate de l’édifice principal, lui-même divisé en trois ‘’nefs’’. Face au Médipôle, une maison médicale comprenant 22 cabinets pour plus d’une centaine de praticiens sera ensuite inaugurée en décembre 2019.

Thomas Petragallo