Exaspération

Share

 Lundi 31 décembre 2018

Deux faits divers viennent marquer cette fin d’année pour nous démontrer qu’en terme d’insécurité et d’incivilité, malgré une communication municipale qui se veut rassurante, la réalité du terrain  la vie dure et alimente les esprits. 2018 aura été en matière d’insécurité une des pires du mandat d’Hélène Geoffroy. Jamais des habitants n’avaient manifestés pour faire part de leur inquiétude et réclamer des mesures. Bien sûr notre Mairesse affirmera que si tout ne va pas pour le mieux, la situation est sous contrôle et s’améliore. A l’heure où les esprits de l’exécutif sont pour certains déjà dans les élections municipales, les Vaudais qui pour la plupart ne possèdent pas de résidence secondaire pour échapper à la grisaille lyonnaise, voient un quotidien qui ne s’améliore pas.

Dimanche en fin d’après-midi un conducteur roulant sur l’avenue du 8 mai 1945 en direction du village perd le contrôle de son véhicule. Apparemment une roue aurait heurté le trottoir au niveau du parc Elsa Triolet, déséquilibrant le véhicule qui fauche un arbre avant de faire plusieurs tonneaux et achever sa course sur le toit.

Si le véhicule est sérieusement endommagé, le conducteur semble avoir conservé toutes ses facultés.  Fort heureusement les dégâts n’ont été que matériels.

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un incendie de véhicules est venu endommager la façade d’un immeuble rue Rabelais. Une véritable scène de violence urbaine qui n’est pas le fait de gilets jaunes.

Je n’ai malheureusement pas de citations qui me viennent à l’esprit pour souligner mon incompréhension devant cet acte gratuit. Que faut-il faire pour que cessent ces incivilités récurrentes dans notre ville ? Que sont devenues les annoncent gouvernementales avancées par Manuel Valls et Emmanuel Macron en faveur des banlieues ?

Thomas Petragallo