Le mystère du scooter volé et du fusil de chasse à canon sciés.

Share

 

Lundi 11 mars 2019

Aux environs du secteur Guy Môquet dimanche 24 février, un équipage de police a tenté tant bien que mal de stopper un jeune homme qui circulait en deux roues sans permis. Pour que les policiers déterminent que le conducteur n’ait pas le permis, soit celui-ci ne leur était pas un inconnu ou des éléments permettaient de mettre cette situation en évidence.

Comme il est devenu de coutume, le conducteur du deux roues a refusé d’obéir aux injonctions des forces de l’ordre et voilà une poursuite, qui s’engage entre les protagonistes pour s’achever dans l’enceinte de l’école primaire Youri-Gagarine où les fonctionnaires ont procédé à son arrestation.  

En principe les écoles sont fermées le dimanche. Notre délinquant routier a eu de la chance de trouver porte ouverte. Et en se réfugiant dans l’école, il a permis au fonctionnaire de faire une découverte. Non pas dans la loge du gardien de l’école comme diffusé par la rumeur, mais dans un local technique.

Comment les policiers en sont venus à fouiller le local technique mystère et boule de gomme. Nous dirons l’intuition du professionnel, et de mettre la main sur un scooter volé et surtout sur une arme à feu. Un fusil de chasse à canon scié. L’histoire ne dit pas si l’arme était chargée ou si des cartouches se trouvaient à proximité.

Comment une arme a pu se retrouver dans le local technique d’une l’école avec un accès relativement limité. Nous ne le saurons apparemment jamais, car la procédure a fait l’objet d’un classement sans suite, aucun élément n’ayant permis d’identifier l’origine de l’arme. Fort heureusement le local est hors accès des enfants.  

Le scooter quant à lui ne devait pas être présent depuis longtemps, car il est objectif de dire que le gardien l’aurait vu. À moins que ce soit celui que conduisait le jeune pris en chasse (L'histoire ne le dit pas). Conducteur qui sera convoqué devant le tribunal correctionnel.

Thomas Petragallo