Une cellule d’enquête spécial "gilets jaunes"

Share

 

Jeudi 16 mai 2019

En ce moment le « gilet jaune » est l’objet de toutes les attentions.

Une loi est à l’étude pour rendre obligatoire le port du gilet pour les cyclistes et motos cyclistes et les manifestants "gilets jaunes" objet de toutes les attentions judiciaires. Et de ce côté la justice est beaucoup moins laxistes que pour les multirécidivistes de banlieue. 

Mardi matin, les enquêteurs de la cellule "gilets jaunes" de la police lyonnais ont procédé à l’interpellation d’un homme âgé de 48 ans, habitant à Vaulx-en-Velin.

Depuis le 16 mars, il avait exposé sur les réseaux sociaux un menu dérobé au restaurant Le Fouquet’s lors des affrontements qui s’étaient déroulés sur les Champs-Elysées le 16 mars dernier. Pour rappel, l’établissement avait été partiellement détruit par un incendie.

L’individu est également soupçonné d’avoir organisé six manifestations non déclarées, entre le 26 mars et le 15 avril à Lyon et Saint-Cyr-au-Mont-d'Or et d’avoir souhaité, sur les réseaux sociaux "pour le chef de l’Etat, un destin similaire à celui du Président Kennedy". De plus, lors de la manifestation du 1er mai, il avait filmé et relayé la vidéo d’un policier lyonnais victime d’un jet de cocktail Molotov. Enfin, après être passé en comparution immédiate, le 8 mai dernier et avoir été condamné à 3 mois de prison, il avait outragé les policiers sur Facebook.

Le quadragénaire a nié l’apologie de crime et le recel, en expliquant avoir obtenu la photo du menu par une autre personne. Il a néanmoins reconnu l’organisation de 3 manifestations et la diffusion d’images violentes.

Il est convoqué en juin prochain devant la justice.

Thomas Petragallo