Le chat est là, mais les souris dansent quand même.

Share

 

Samedi 17 aout 2019

Période de congés, mais le calme ne règne pas vraiment dans notre ville. Aussi bien en centre-ville qu’au village, les rodéos n’ont pas cessé tout comme les incendies de véhicules. Ici rodéo en plein milieu des immeubles des Barges.

Le dernier en date a eu lieu cette nuit rue Duclos ce qui démontre qu’il n’y a pas de « secteurs » protégés à Vaulx-en-Velin.  De jeunes adolescents surement défavorablement connus des services de police et à qui certains ne manqueront pas de trouver une foultitudes de circonstances atténuantes ont fait grincer des dents les habitants du quartier par une incivilité gratuite. Alors oui, à grand renfort de communication Hélène Geoffroy annonce depuis quelques mois prendre des mesures, élections municipales obligent,  mais dans les faits il faut que tout change pour que rien ne change.

Plus graves encore, mardi soir  cinq individus ont pénétré dans une maison du lotissement des Rubines, au village, en cassant une porte-fenêtre.  Les occupants, un couple de sexagénaires, se réveillent en se demandant ce qui se passe et trouvent les cambrioleurs, le visage masqué, fouillent leur salon. L’un d’eux est armé.

« Ils ceinturent le propriétaire, le frappent à la tête avec la crosse de l’arme, le maintiennent au sol. Ils veulent le coffre. « Quel coffre ? » : le couple explique qu’il ne possède rien de tel. Les hommes s’impatientent, réclament des cartes bancaires. Ils aperçoivent la petite chienne de la maison et pointent leur arme sur elle : « On va lui tirer une balle dans la tête ! » peut-on lire dans le progrès. « Dans le lotissement, on a presque tous été cambriolés, mais avec une telle violence, jamais ! ». L’heure est grave. Mercredi après-midi, des résidents s’interrogent sur cette « attaque ». Pourquoi cette maison alors que toutes sont semblables ? Ils le répètent : une étape a été franchie d’autant qu’il semble d’après des habitants que ce n’est pas le premier coup d’éclat de cette bande.

Hélène Geoffroy et son équipe en sont restées à la notion de  « sentiment d’insécurité », il ne se passe pas à Vaulx-en-Velin plus de délits qu’ailleurs, mais c’est une erreur de se baser sur ce raisonnement, car cela conduit à négliger la réalité, à prendre des mesures dans l’urgence, non réfléchies pour contenter les habitants lorsque ceux-ci exaspérés demandent des comptes. Stéphane Gomez aurait dû être très prudent lorsqu’il a traité en plein conseil municipal les élus de l’ancienne majorité d’incapables. Impéritie est d’ailleurs le terme employé par ce dernier, qui est une manière un peu plus aboutie de spécifier l’inaptitude, l’incapacité de l’équipe du retraité Bernard Genin à remplir leur mission.  Je lui suggère de regarder du côté de l’élu à l’insécurité s’il n’y a pas une économie d’indemnité à faire.

Malheureusement, les incivilités ne sont pas que vaudaises, les pages faits divers ne désemplissent pas dans les journaux. Le serveur d’un restaurant de Seine-Saint-Denis a été mortellement blessé par balle vendredi par un client mécontent que son sandwich ne soit pas préparé assez vite.

Nous payons aujourd’hui le tribut du  laïcisme et  du clientélisme de la classe politique de la génération d’Hélène Geoffroy et il reste à trouver des mesures pour faire en sorte de neutraliser les multirécidivistes parce qu’il n’est plus acceptable que des individus totalisants plusieurs dizaines de méfaits sèment la zizanie dans notre société en toute impunité.

Thomas Petragallo