La lutte finale contre la délinquance.

Share

 

Mercredi 28 août 2019

Le maire communiste d’Avion (pas de calais) décide de reloger tous les locataires d’une tour gangrenée par le vandalisme et la délinquance.

Dans la tour des Frênes, depuis de longues années. « Les jeunes squattent les cages d’escalier, cassent les carreaux de la porte d’entrée, ils laissent leurs bouteilles de Coca sur les marches, ils ont même été jusqu’à mettre du silicone sur les verrous des portes pour qu’on ne puisse pas entrer », témoignait une habitante en janvier 2016. En mars 2017, la tour était victime d’un incendie volontaire. « Monsieur le maire, quand est-ce qu’on va faire quelque chose pour nous  ? » interpellait un locataire, alors que tous les logements avaient dû être évacués.

Des caméras avaient été installées, la porte d’entrée renforcée et, depuis janvier dernier, une cellule de veille avait été mise en place avec des représentants de la mairie, le procureur de la République, la sous-préfecture, l’Éducation nationale, les services sociaux, Tadao, la police nationale et le bailleur. Un vraie plan de lutte avec signature à l’appui et photos dans la presse et le journal municipal. 

Malheureusement et on se demande comment, toutes ces énergies mises en commun n’ont pas permis d’enrayer le phénomène, au point que le maire Jean-Marc Tellier d’entrevoit pas d’autres solutions que prendre un arrêté de relogement de l’ensemble des 41 locataires de la tour HLM.

Dans un communiqué de presse de Pas-de-Calais habitat, le bailleur social propriétaire de la tour, cet arrêté est qualifié de « décision courageuse et difficile, car elle bouleverse le quotidien d’habitants en situation d’extrême fragilité sociale ». « Elle est néanmoins justifiée par la nécessité de protéger les locataires de la résidence », poursuit le communiqué.

D’après les spécialistes l'arrêté semble quelque peu bancal. Peut-on décider de reloger des habitants à cause de faits de délinquance? Un véritable aveu d’échec de la république. Une incapacité pour les pouvoirs publics à faire appliquer les lois et faire cesser les incivilités. Au lieu de faire dégager les délinquants ce sont les habitants les plus fragilisés qui sont obligés de partir. 

Thomas Petragallo