Braquages du bureau de tabac du centre de Vaulx. Un individu appréhendé.

Share

Dimanche 22 septembre 2019

  

Le bureau de tabac du Village a été la cible de quatre attaques successives, en moins d’un mois, entre août et septembre déclenchant une vague d’indignation de la part des habitants qui s’est finalisée la semaine dernière par une manifestation de soutien aux commerçants.

Dans la foulée, des policiers ont été placés en faction devant le bureau tabac avant d’être remplacés par une ronde et puis tout est revenu comme avant. Il est évident qu’on ne peut laisser un policier devant chaque commerce.  

Une première réponse est apportée. La police est parvenue mercredi à mettre la main sur l’un des protagonistes.  

Apparemment, aux alentours de 15 heures, trois policiers l’ont intercepté près du supermarché Vival au village.

Il ne serait pas l’instigateur des quatre braquages car l’individu appréhendé n’a reconnu sa participation qu’a seulement deux d’entre eux. Celui du 21 aout et celui du 10 septembre.

C’est d’ailleurs lors du braquage du 10 septembre que le délinquant s’est retrouvé nez à nez avec le patron du bureau de tabac qui ne s’est pas laissé impressionner et a fait battre en retraire le braqueur, un Vaudais de 19 ans sans antécédents judicaire vivant chez sa mère. Il aurait invoqué des difficultés financières comme explication. L’enquête se poursuit.

La question de fond subsiste. Qu’est ce qui peut pousser un jeune de 19 ans sans problèmes avant ces évènements à commettre une action délictueuse aussi répréhensible, avec tous les risques que cela représente ?

Un habitant des barges-Cachin dont la maman est bien impliquée dans le milieu associatif et politique vaudais d’après les commentaires qui circulent.

Son acte est condamnable, mais comme il ne s’agit pas d’un multirécidiviste, nous pouvons espérer que l’institution judiciaire fera le nécessaire pour lui faire retrouver le moment venu le droit chemin. Il faut espérer que tout n’est pas perdu.

Bien sûr, suite à cette arrestation les esprits ce sont quelques peu déchainés sur les réseaux sociaux. La maire est elle-même intervenue.

Les reproches ont fusé notamment à l’intention des dealers de la place Boissier que la police ne semble pas voir.

Pour réponse, un membre de l’exécutif a mentionné que les problèmes d’insécurité n’étaient pas que vaudais. C’est une évidence, je ne sais pas s’il faut s’en réjouir ou non mais il faut avouer que nous ne sommes pas épargnés et tenons la corde dans la rubrique des faits divers.

Samedi vers 17 sur la place devant grand frais une quinzaine de policiers ont intercepté une femme et mis la main sur un couteau de boucher qu’elle avait apparemment déposé dans un buisson. Qu’avait-elle en tête ?

Combien de caméra du système de vidéo surveillance manquent à l’appel détruite par malveillance. Une brigade canine sans chiens ?

Effectivement, il faut se féliciter du travail fait par la police qu’elle soit nationale ou municipale mais si l’affaire du bureau tabac est partiellement résolue, il apparait aux yeux des habitants que ce sont peut d’arrestations par rapport au nombre de faits, notamment les faits urbains.

Se défausser sur des élus d’oppositions qui n’auraient pas voté les effectifs supplémentaires c’est un peu léger comme argument. D’ailleurs, dans ce domaine le recrutement s’est accéléré lorsque les habitants ont manifesté en 2018. Il vaut mieux faire profil bas et chercher comment faire pour rétablir une situation acceptable

 

Ci-joint une photo qui a attiré mon attention. Il ne faut pas en faire une polèmique mais un élément de reflexion. 

Thomas Petragallo