Le château, intérêt patrimonial.

Share

 

Mercredi 2 janvier 2019

Lors du dernier conseil municipal, une délibération qui concernait l’acquisition de deux appartements a fait l’objet de nombreuses questions de la part des élus et s’est conclue par un vote négatif y compris dans les rangs de la majorité. C’est le prix des acquisitions qui n’a pas convaincu.

Sous le mandat de Bernard Genin, dans une délibération du 19 octobre 2011, la municipalité engageait l’acquisition par préemption de deux logements (33 m2 et 49 m2) avec chacun un parking 6 place Gilbert Boissier pour respectivement 80 000 et 99 000 euros hors frais d’agence avec l’explication suivante :

« La ville a lancé une réflexion sur la conservation de ce Château et des espaces qui l’entourent dans le cadre d’un travail sur la revalorisation des éléments patrimoniaux du village. La mise en œuvre de ces réflexions nécessitera une maîtrise foncière de ce secteur ».

Cette démarche se poursuit sous le mandat de l’exécutif d’Hélène Geoffroy qui partage la même réflexion sur la maîtrise foncière du secteur du château. D’ailleurs une étude a été engagée par un cabinet spécialisé afin de déterminer les potentialités du château et ses alentours. Cette étude à mis en évidence le fait que le château médiéval à muté en « maison des champs » résidences secondaires de bourgeois lyonnais à partir de la renaissance. C’est la seule connue ce jour dans l’Est lyonnais.

Cette étude démontre également l’intérêt du tènement constitué par les terrains, le parc et la ferme situés à proximité du château et qu’il conviendrait de ne pas construire à proximité. C’est cet ensemble qui apporte un intérêt patrimonial certain. Les terrains ont été cependant été acquis par la municipalité pour construire un EHPAD.

Dans une délibération du 5 novembre 2015 portée par Stéphane Bertin alors adjoint de quartier du village, la municipalité acquiert par préemption un appartement de 19,42 m2 avec parking au 6 place Gilbert Boissier pour la somme de 65 000 euros

Dans une délibération du 24 mars 2016, la municipalité acquiert par préemption un appartement de 28,21 m2 avec parking au 6 place Gilbert Boissier pour la somme de 72 000 euros.

Dans une délibération du 29 septembre 2016 portée par Stéphane Gomez adjoint à l’urbanisme, la municipalité acquière par préemption deux habitations en duplex d’environ 150 m2 sur un terrain de 797 m2 avec deux places de parking au 6 place Gilbert Boissier pour la somme de 515 000 euros.

Dans une délibération du 21 septembre 2017 portée par Stéphane Gomez adjoint à l’urbanisme, la municipalité acquiert par préemption les locaux du Crédit Agricole de 229,95 m2 au 7-9 place Gilbert Boissier pour la somme de 154 800 euros.

Les locaux occupent le rez-de-chaussée de deux immeubles en copropriété édifiés sur des parcelles de 846 m2.

Dans une délibération du 20 décembre 2018 portée par Stéphane Gomez adjoint à l’urbanisme, la municipalité acquiert par sollicitation des propriétaires deux habitations au 6 place Gilbert Boissier. Un appartement de 31,55 m2 avec une petite cour privative et un parking pour la somme de 112 350 euros.

Un appartement de 94,84 m2 avec deux places de parking pour la somme de 357 000 euros.

C’est le prix de ces deux dernières acquisitions qui a fait réagir les élus d’opposition et des élus de l’exécutif, car les prix semblent disproportionnés. Il est vrai que si nous consultons les annonces des agences immobilières du village, les questions sont légitimes, les propriétaires profitants sans doute de l’intérêt pour la municipalité pour faire monter les prix.

Stéphane Gomez s’est posé la question de savoir s’il était mauvais vendeur ou mauvais acheteur. Le tableau ci-dessous aurait tendance à attribuer le rôle de meilleur acheteur à Bernard Genin.

 Vincent