Il y a des signes qui ne trompent pas (partie 1)

Share

 

Jeudi 25 avril 2019

A quoi reconnait-on qu’une campagne électorale a débutée ? Il y a des signes qui ne trompent pas. Le premier d’entre eux est le surplus de communication. La communication est partout présente, pose de première pierre, nommage de la moindre petite rue et surtout la définition des axes de la campagne. Pour les municipales apparemment les priorités sont données au développement durable et aux déplacements avec notamment l’enjeu du tramway.

Et le tramway fait beaucoup discuter. Entre certitudes des uns et incrédulités des autres il m’a parue utile voir nécessaire de demander à la Présidente du SYTRAL, l’organisme qui gère les transports lyonnais, sa position sur la question. Si dessous voici le courrier que je lui ai adressé.

 

Madame la Présidente,

Je me permets de vous écrire en tant qu’habitant vaudais et métropolitain. 

Depuis plusieurs mois, nous surfons sur des informations contradictoires. Les unes annoncent la mise en place du tramway au Mas du Taureau pour le mandat 2020 2026 tandis que les autres démentent cette faisabilité. La presse est elle-même fébrile quant à cette possibilité.

La période électorale qui approche est malheureusement propice aux effets d’annonces que ce soit dans un sens comme dans l’autre. Le président de la métropole évoque lors des vœux de notre maire, l’impérative nécessité du tramway à Vaulx en Vélin et madame la maire affirme qu’il se fera lors du prochain mandat. David kimelfeld en rajoute une couche quelques semaines plus tard allant jusqu’à transformer le tramway en Metro. C’est l’effet multiplication des pains. Il est vrai que nous l’attendons depuis plus de 40 ans.

Dernièrement Michel Le Faou dans un trait d’humour qui n’a peut-être pas produit l’effet escompté évoque une programmation pour 2040 tandis que l’un de vos techniciens assure lors d’une réunion de concertation de la ligne de métro E à l’un de nos élus présent que l’excédent budgétaire du Sytral est tout à fait en capacité d’assurer dans le plan de mandat qui vient la mise en place du tramway vaudais.  

Face à ces informations qui fusent de toutes parts, un avis éclairé me semble nécessaire et nul doute que vous êtes la personne la mieux placée pour me répondre afin de lever toute ambiguïté par une réponse claire, nette et précise.

J’ai pris la peine d’analyser le budget primitif 2019 ainsi que le plan de déplacement urbain 2017-2030. Si ce dernier met en évidence des prérogatives pour le secteur Est lyonnais, il est question d’études et non clairement d’une prolongation du tramway jusqu’au centre-ville de Vaulx-en-Velin en passant par le Mas du Taureau.

Je serais très heureux si la réponse que j’espère vous ne manquerez pas de m’apporter, se conclu par la certitude que les vaudais peuvent compter sur une ligne de tramway opérationnelle lors du mandat 2020-2026.

Je vous prie d’agréer Madame la Présidente du SYTRAL, l’expression de ma considération distinguée.

 

J’espère obtenir une réponse de sa part, nette, claire et précise afin d’éclairer les vaudais et bien sûr je serais très heureux si tel était le cas, d’apprendre que nous aurons dans le mandat 2020-2026 une ligne de tramway opérationnelle jusqu’au centre-ville et passant par le Mas du Taureau car le besoin est réel.

Le thème du déplacement ne sera pas qu’un enjeu pour Vaulx-en-Velin, Tous les prétendants aux divers mandats y vont de leurs préconisations. Si David Kimelfeld est favorable à la mise en place d’un tramway à Saint-Fons et Vaulx-en-Velin, chacun veille sur sa paroisse et l’on voit fleurir des orientations dont aucune n’est farfelue. A Villeurbanne, le maire fait le forcing pour le T6. Un autre élu prone un prolongement du Metro A au sud de Vaulx-en-Velin, pour desservir le grand stade et Eurexpo est aussi dans les cartons.

Et il n’y en aura pas pour tout le monde, car qu’il y a une ombre au tableau. La ligne E du métro qui relierait Alaï, à la limite de Tassin-la-Demi-Lune, Francheville et du 5e arrondissement de Lyon, à la station Bellecour ou à celle d’Hôtel-de-Ville absorberait la totalité des financements pour la période 2020-2026.1,2 milliards d’euros (sans compter les inévitables dépassements dû aux aléas).

Comme le projet n’est pas lancé, il peut être abandonné. Mais la concertation publique étant lancée et avec la médiatisation à tout va, il serait surement difficile de faire marche arrière sans fâcher les habitants et les élus qui comptent bien eux aussi en tirer parti dans leur communication électorale y compris David Kimelfed qui a besoin de voix pour l’emporter face à ses adversaires.

D’autant plus que si pour l’instant la faible fréquentation et la nature des travaux prévus ne manquent pas d’interroger, elle va offrir des perspective d’étalement urbain dans l’ouest lyonnais jusqu’alors freiné par les difficultés de déplacements. Il serait ainsi possible d’ habiter à 40 minutes de Francheville et travailler à Lyon.

Thomas Petragallo