Monsieur Heureux, madame Bonheur

Share

 

Vendredi 27 avril 2018

Ensemble pour une ville plus propre et agréable ? Une histoire qui ne s’arrête jamais. Chaque année diverses manifestations sont mises en place pour favoriser la prise de conscience sur la nécessité d’améliorer notre cadre de vie en réduisant les incivilités liées à la propreté. Les « Faites de la Propreté », impulsés par la Métropole, la SEDD (Semaine européenne du développement durable), et diverses manifestations initiées par les municipalités, associations ou sous le patronage d’entreprises (YoYo pour la collecte des bouteilles en plastique sur notre commune par exemple).

Nous pourrions nous dire qu’à travers toutes ses initiatives, un certain sentiment de satisfaction devrait émerger. Mais le résultat n’est malheureusement à la hauteur des espérances et cela illustre une incapacité à sortir d’une spirale négative. Il suffit de se promener à travers la ville pour le constater.

 

Un nouveau phénomène est en train d’émerger. Celui d’une pollution occasionnée par les emballages des plats à emporter. Il suffit de lire sur l’emballage pour en connaitre la provenance. Le fast-food américain, dont les sacs, gobelets et papiers gras sont bien représentés au bord des routes, tente dit-il d’agir de son côté en sensibilisant sa clientèle, en fournissant des emballages moins volumineux, en distribuant moins de consommables (serviettes, sauces, pailles…) ou en concevant des contenants issus de matériaux renouvelables voire biodégradables.

« Ça ne nous fait pas plaisir de croiser un emballage McDo, facilement reconnaissable, qui traîne au bord de la route. » Précise un superviseur de plusieurs restaurants. « Nous ramassons chaque jour des quantités importantes de déchets laissés au sol par les clients ».

Déchets qui attirent des animaux (Rats, corbeaux, pies,…) heureux de trouver à bon compte une source de nourriture.

Alors McDonald’s signe des partenariats avec les collectivités avec signatures de conventions ou de charte. Mais nous savons avec l’expérience que ce n’est souvent que de la communication et vu notre retour d’expérience visuel c’est l’inverse de l’objectif qui semble se dessiner et nous ne sommes pas optimistes pour le futur.

D’autant que le fastfood à emporter n’est pas seulement l’apanage de McDonald’s. De nombreuses sociétés sont présentes sur un marché très concurrentiel.

Bien entendu c’est le comportement des consommateurs qui est en cause, mais les habituer à jeter par terre les emballages est contradictoire avec la démarche souhaitée. De la même manière que des propositions commencent à émerger pour consigner les bouteilles en plastiques ou même les mégots de cigarettes* certains évoquent un système de consignes" en fournissant "des boîtes ou gobelets réutilisables que les consommateurs pourraient rapporter". Des changements qui sonneraient comme une véritable révolution, notamment en termes d'image.

Mais pour gagner, le comportement des consommateurs ne doit pas être construit par l’attrait d’une carotte, mais issu d’une volonté de préserver l’environnement. Cependant dans ce domaine quand on voit les qualités que developpent certains d’entre eux nous nous demandons si même une greffe de cerveau pourrait changer les attitudes.

 https://info.arte.tv/fr/danemark-megots-consignes