Le hold-up parfait

Share

 

Le hold-up parfait

Mercredi 26 septembre 2018

Mediacités a décortiqué les votes et les tweets des 64 députés de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le 18 juin 2017, douze députés du Rhône sur quatorze étaient élus sous les couleurs ou avec le soutien de La République en Marche (LREM). Leur particularité, Les élus LREM du Rhône se font remarquer pour leurs absences aux scrutins et brillent pour leur zèle.

Nous avons profité de l’accession pour regarder comment se positionnait Anissa Khedher la députée de notre circonscription.

L’analyse s’appuie sur les données recensées par le studio de datajournalisme et de datavisualisations Wedodata entre juin 2017 et août 2018. Une masse de chiffres qui permet d’analyser le plus finement possible l’attitude de notre députée.

Conclusion Anissa Khedher obtient le titre de la députée la plus moutonnière du rhône à égalité avec Danièle Cazarian (Décines, Meyzieu). Elles n’ont jamais voté contre les consignes du groupe. Pas une seule fois. Anissa Khedher et Danièle Cazarian suivent à la lettre les positions de la majorité.

Nos deux élus brillent également par leurs absences chroniques au sein de l’hémicycle. 5,46% pour Danièle Cazarian cheffe d’entreprise incarnant l’engagement de la société civile dans les rangs de LREM, 15, 58% pour Anissa Khedher, à peine mieux que le révolutionnaire de la vie politique Bruno Bonnel.  

Par contre, sur les réseaux sociaux notre députée s’éclate, Twiter n’a pas de secret pour elle. Jamais une occasion de perdue pour relayer la politique du gouvernement, défendre l’action parfois contestée d’un ministre sur les réseaux sociaux, promouvoir les textes adoptés. Et bien sur faire des selfies avec divers personnalités. Casterner étant parmi les plus choyés.

C’est peut être ainsi que notre députée voit son rôle de députée. Le virtuel lui convient mieux que le réel.

Une députée bien connue des vaudais et des vaudaises se fait remarquer par sa présence et sa force de caractère. Cendra Motin, ex présidente de Vaulx-en-Velin Entreprises est élue de la sixième circonscription du Nord Isère.

Alors que plusieurs de ses homologues éprouvent des difficultés à présider les séances de l'Assemblée, elle se distingue dans ce rôle lors de la session parlementaire extraordinaire de l'été 2017. Elle perd cette vice-présidence le 24 octobre 2017. Avec un taux moyen de 59 % de présence aux votes de l'Assemblée en juin 2018, elle est la députée la plus assidue du groupe LREM et elle sait de quoi elle parle sans langue de bois.

Anissa Khedher qui n’a pas le même rendement s’est fait connaître pendant la campagne des élections législatives grâce, ou plutôt à cause d’un débat totalement raté sur TLM dont des extraits ont fait les choux gras des réseaux sociaux. Dans 20 Minutes, a posteriori, elle justifiera sa contre-performance en expliquant qu’elle a « fait un malaise sur le plateau ». 

Dans sa newsletter du mois d’août dernier notre députée fait le point sur cette première année de mandature, qui a été dense et intense.Elle passe en revue toutes les grandes orientations du gouvernement. Et de faire l’éloge « sur la priorité donnée à nos quartiers prioritaires pour qu'enfin la donne change après 40 ans de politique de la Ville qui n'ont pu enrayer le décrochage de certains territoires ». Elle parle de toutes les actions menées dans le domaine de la santé, du handicap qui malheureusement ne sont pas traduites par du concret.

L’habituel Blabla destiné à caresser l’électeur dans le sens du poil. Par contre notre députée ne parle pas du pouvoir d’achat des retraités et des fonctionnaires dont les retraites et les salaires sont gelés. Elle ne parle pas des économies qui vont être faite sur les demandeurs d’emplois…Des cadeaux faits aux riches. Il va falloir qu’elle allume la lumière.

Le jeudi 11 octobre 2018 à 18 heures à l’espace Carmagnole, notre députée organise une réunion publique sur le thème « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Cliquer ici

L’Assemblée nationale a adopté définitivement et à une large majorité de 137 voix contre 30 la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel, le 1er août 2018. La loi a été promulguée par le Président de la République, le 5 septembre.

Elle réforme

$1·         l’apprentissage,

$1·         la formation professionnelle.

Elle comprend également des mesures sur :

$1·         l’élargissement de l’assurance chômage  

$1·         l’égalité femmes-hommes ;

$1·         l’emploi des personnes handicapées ;

$1·         la lutte contre les fraudes au travail détaché.

Pour la liberté, le nouveau dispositif accouche d’une souris : 

Seule une faible partie des indépendant-es devrait pouvoir bénéficier d’un droit au chômage à hauteur de 800 euros pendant 6 mois si leur activité a été mise en liquidation judiciaire et s’ils-elles avaient un bénéfice annuel conséquent. 

Pour les démissionnaires, il faudra que la démission débouche sur une reconversion professionnelle nécessitant le suivi d’une formation ou un projet de création d’entreprise. 

Pour les chômeurs et chômeuses, plus de contrôle ! Dès 2019, avec l’augmentation du nombre des contrôles et du nombre des agents affecté-es sur cette activité (multiplié par cinq en deux ans), des radiations possiblement jusqu’à 4 mois pour recherche insuffisante d’emploi.

 

Les enseignants sont appelés à manifester ce jeudi à Lyon pour défendre les lycées professionnels.

Une manifestation est organisée par l'intersyndicale CGT SUD SNUEP FSU et SNALC à partir de 10h30. Le cortège partira du rectorat, dans le 7e arrondissement, pour rejoindre la Préfecture.

Les syndicats craignent une "perte d'identité de l'enseignement professionnel, avec un regroupement des spécialités dès la rentrée 2019 en 3 grandes familles de métier" : "cet appauvrissement des propositions est à conjuguer avec la perte de spécialisation dès la seconde".

"Après la sélection dans les études supérieures le gouvernement Macron entend continuer à mettre la pression sur les élèves issus des milieux les plus fragiles", regrette l'intersyndicale.

 

Les autres points font donc également l’objet de beaucoup d’interrogation, le débat devrait être animé pour peu qu’il y ait du monde. Fort heureusement le conseil municipal aura lieu le lendemain.

Mais pas certain que notre députée prenne beaucoup la parole, ce sera plutôt son collègue Parisien qui devrait tenir le crachoir. 

Pour l’instant Anissa Khedher ne nous a pas convaincu.