Un grand débat vaudais

Share

 

Samedi 16 février 2019

Les vaudais auront leur grand débat. Si la municipalité n’a pas souhaité l’organiser que cela ne tienne, la MJC et le centre social du grand Vire se lancent dans la course au dialogue initié par le président de la République.  Donc jeudi prochain 21 février, de 18H  à 21heures  à la MJC de Vaulx-en-Velin les vaudais pourront venir s’exprimer.

Pour cela il faut préalablement s’inscrire au 04 7204 13 89, c’est une obligation.  Et deux thèmes seront abordés : La démocratie et la citoyenneté, la transition écologique.

Et le débat a déjà débuté sur les réseaux sociaux.  À commencer par les conditions d’animation de la réunion par la MJC et le centre social.  Citoyens, élus et institutions, organisations à but lucratif ou non lucratif peuvent organiser une réunion à condition de l’avoir déclaré et prévu une restitution des débats. Il existe un KIT sur le site du grand débat pour accompagner les organisateurs.

Il est également question de la récupération politique. À qui profite l’organisation du débat ? J’aurai tendance à dire en premier lieu à ceux qui viendront s’exprimer. Il est clair que le président du centre social du grand vire qui est également l’animateur « En Marche » local et envisage une liste aux prochaines municipales suit les prérogatives de son parti politique. Qui pourrait le lui reprocher.

Quant à la MJC, tout le monde sait que c’est une association indépendante qui à même organisé un débat en 2014 dans le cadre des municipale tout en gardant une neutralité.

Les thèmes sont-ils porteurs d’échanges ? La transition écologique est un sujet à la mode, mais est-ce un sujet taillé pour les vaudais ? La démocratie et la citoyenneté, il y aurait à dire dans notre ville, il faut espérer que cela incite les personnes à s’exprimer. Généralement peu de d'habitants se déplacent hormis les habituels participants à tout et pilotes de la municipalité et des partis politiques. 

En ce qui me concerne, je suis très dubitatif sur l'intérêt de la démarche nationale. Je suis beaucoup plus touché par les étudiants qui commencent à manifester chaque vendredi pour dénoncer l'inaction gouvernementale sur le climat suivant en cela les étudiants Belges. 

"On sèche les cours car cela ne sert à rien d'y aller si on n'a pas d'avenir". Cela me fait réfléchir 

Thomas Petragallo