Le président de la métropole en visite à Vaulx-en-Velin.

Share

 

Mardi 23 avril 2019

Quand les élections approchent, toutes les occasions sont bonnes pour rencontrer l’électeur ceci d’autant plus lorsque la concurrence est rude.

Jeudi 25 avril, David Kimelfeld vient à Vaulx-en-velin découvrir le dispositif Yoyo !!! https://yoyo.eco/

Il aurait pu demander à Emeline Baume conseillère Métropolitaine  en charge de Prévention des déchets et de l’Economie circulaire de lui donner des explications sur ce dispositif car elle le connait très bien ou bien alors appeler Éric Brac de la Perrière, fondateur et président de Yoyo. Mais non, le président de la métropole vient sur place à Vaulx-en-Velin qui est la ville adhérente qui s’est le plus mobilisé pour le recyclage des bouteilles en plastique avec 12 tonnes de PET depuis 2017.

C’est à l’initiative de Sandrine Darmand et Stéphane Bertin que Yoyo s’est développé à Vaulx-en-Velin. Séduit par le concept, nous sommes maintenant de nombreux vaudais qui nous monopolisons pour le recyclage des bouteilles et les sacs orange de collecte sont de plus en plus identifiables.

Je me souviens qu’au départ l’adjoint à l’environnement a mis peu d’empressement à promouvoir le concept. Un courrier est même resté plusieurs semaines sur le bureau d’Hélène Geoffroy. Comme quoi  les temps changent.

La rencontre aura lieu aux Cervelières- Sauveteurs, local des retraités.

Le président de la métropole ne fait pas seulement le voyage pour Yoyo. Petit déjeuner à 8 heures 30 avec Hélène Geoffroy et une sélection de quelques retraités du conseil des seniors à leur local du château. Et peut-être d’autres rencontres aussi informelles.   

Hélène Geoffroy et David Kimelfeld ne se quittent décidément plus. L’un comme l’autre on besoin de partenaires pour conserver leur siège  ce qui n’est pas du goût  du PS du Rhône qui ne veut pas entendre parler de David Kimelfeld trop proche de « La Macronie ».

David Kimelfeld qui fut premier secrétaire fédéral du PS du Rhône ne convainc pas ses anciens camarades, comme le clame haut et fort Yann Crombecque  son successeur.   

Le patron du PS local veut même engager le combat : “Lui, c’est lui. Et nous c’est nous. (David Kimelfeld) n’a pas rompu avec la Macronie. La gauche doit se rassembler puis on ira à la confrontation sous nos couleurs, avec notre projet, notre vision métropolitaine et on verra quel sera le verdict des urnes”.

Il ne lui reste plus qu’a convaincre dans son propre parti car tous ne l’entendent pas de cette oreille. Et oui pour être élu, déroger aux principes n’est pas un problème. Je me souviens de Stéphane Gomez me demandant avec inquiétude « Si j’étais bien de gauche » de peur que je sois infréquentable ?  mais aujourd’hui les socialistes sont beaucoup moins regardant et un rapprochement avec la droite vaudaise et les macronistes est au contraire une perspective envisageable……ce qui pourrait valoir des alliances surprenantes.

Une belle image de la politique. Qu’importe le breuvage pourvu que l’on ait l’ivresse. Après, on nous parlera de valeurs !!!

Thomas Petragallo