Municipales : Vaulx-en-Velin expérimente l’union des gauches

Share

 

Lundi 24 juin 2019

Depuis plusieurs mois, la gauche vaudaise mitonne une candidature commune aux prochaines élections municipales de 2020. Les contours du collectif citoyen supposé réaliser cette union semblent se dessiner.

Les porte-paroles de Demain Vaulx-en-Velin ont présenté leur projet à la presse, assumant une ligne de « gauche ouverte à tous les Vaudais  » qui ne se sentent plus représentés par la municipalité d’Hélène Geoffroy (PS).

Groupe hétéroclite d’environ 150 personnes (ca reste à voir …), Demain Vaulx-en-Velin se présente en collectif citoyen sans chef de file. Cinq membres ont cependant accepté de jouer aux porte-paroles face à la presse, dont certains restent associés de près ou de loin à des partis politiques.

C’est le cas du militant Pierre-Didier Tchétché candidat aux législatives de 2017 soutenu par EELV, de Paul Boghossian , figure locale du PCF, ou de Habiba Guerdani (au centre), sympathisante de La France Insoumise.

« Certains (mais pas beaucoup) n’ont aucun parti. Ce collectif, c’est le rassemblement de ceux qui ont Vaulx au cœur, cadre Paul Boghossian. Notre charte prévoit que chaque voix compte pour une lors de nos assemblées générales. »

La liste citoyenne devra pourtant déjouer la concurrence des partis de gauche. « Nous espérons obtenir leur soutien  », lâche Pierre-Didier Tchétché.

 Sous ses airs modestes, le collectif est une épine dans le pied de l’édile Hélène Geoffroy qui pourrait annoncer repartir au combat pour sa propre succession en septembre. (Qui partira c’est certain)

Élue en 2014 dans l’ancien bastion communiste, l’élue socialiste est explicitement ciblée par les militants de gauche. Et pas seulement parce qu’elle a fait partie du gouvernement de Manuel Valls entre 2016 et 2017.

« Nous craignons la désertification de Vaulx alors que c’est ici qu’est née la politique de la ville, avertissent-ils. L’exécutif d’Hélène Geoffroy a bénéficié de projets lancés avant son mandat. Elle n’a rien apporté de neuf aux habitants. »

Et de mentionner en vrac plusieurs points saillants de leur projet : soutien au tissu d’entreprises sociales et solidaires pour développer l’emploi, recours accru à la consultation des citoyens…

«  Nous voulons rendre aux habitants la fierté d’être de Vaulx-en-Velin », résument-ils. Pour y parvenir, investir le terrain de la Métropole n’est pas exclu. Vaulx partage une circonscription électorale avec Décines, Meyzieu et Jonage que le collectif espère bien remporter en 2020 avec la Mairie.

« Vaulx-en-Velin ne va pas transformer la Métropole du jour au lendemain, mais cela ne nous empêche pas d’avoir des ambitions. »

Tirer de tribune lyonnaise avec quelques commentaires.

Thomas Petragallo