Homard m’a tué

Share

 

Mercredi 10 juillet 2019

Il faut parfois se méfier de ceux qui prônent l’exemplarité. Surtout lorsque ces personnes ne respectent pas leur parole. Celui qui fût candidat aux primaires socialistes pour la présidence de la présidence de la république avait juré craché soutenir le vainqueur en l’occurrence Benoit Hamon, mais c’est vite rallié à Emmanuel Macron afin de sauver son mandat de député.

Avant de devenir pseudo ministre de l’Écologie, François de Rugy fût président de l’assemblée nationale. Et son crédo « L’exemplarité ».

Mais voilà, François de Rugy s’est fait rattraper par la patrouille. Mediapart révèle ce mercredi que celui-ci a organisé une dizaine de dîners « entre amis » très onéreux dans son logement de fonction, réunissant entre 10 et 30 convives. Des homards géants, des vins de la cave de l’Assemblée , du Château Cheval blanc 2001 estimé à 550 euros la bouteille ou du Château d’Yquem 1999, estimé à 265 euros , du champagne…  L’actuel ministre d’État, chargé de la transition écologique, a réagi, confirmant une « dizaine de dîners informels », mais qui rentraient dans ses « fonctions de représentation ». Parmi les convives identifiés par Mediapart figurent notamment des membres de sa famille et des amis de sa femme Séverine, journaliste à Gala. Cette dernière avait confirmé au site d’information qu’elle opérait elle-même un « filtre relationnel » et que les invités appartenaient pour l’immense majorité à son cercle « amical ».

Pour l’occupant du perchoir, recevoir des personnes à dîner, aux frais de l’Assemblée nationale (et donc du contribuable), n’a pourtant rien d’illégal. Cela fait partie des avantages liés à sa fonction. Et de dire sur France Inter « que ses dîners fastueux à l’hôtel de Lassay lui permettaient de rester "connecté" à la vraie vie ».

Et il a raison, c’est comme faire patienter son chauffeur pendant une heure avec le moteur qui tourne ne n’est pas illégal même si ce n’est pas très écologique. La transition climatique il y a ceux qui en parlent et ceux qui la font.

« On voyait bien qu’il prônait une exemplarité qu’il ne devait pas s’appliquer à lui-même », tance l’élue LR, qui évoque le déjeuner de mariage de François de Rugy [organisé à l’hôtel de Lassay, et qu’il assure avoir payé « de sa poche »] et « une soirée au cours de laquelle la cave avait été bien utilisée ».

François de Rugy comprend que cela puisse interpeller les Français. Eh bien oui cela interpelle. Aurait-il dépensé autant pour ses amis avec ses deniers ou aurait-il commandé des pizzas ?

Décidément le Nouveau Monde est bien étrange et afflige bien des personnes à commencer parmi les élus de majorité qui pense à l’effet gilets jaunes.

Thomas Petragallo