Pure formalité.

Share

 

Lundi 30 septembre 2019

Hélène Geoffroy candidate à sa succession, si cette dernière a tenté de maintenir le doute, ce n’était un secret de polichinelle pour personne. Elle est en réalité en campagne depuis avril 2014. Ce n’est que par pure formalité que les adhérents de la section locale du parti socialiste vont donner leur avis ce lundi soir avant un vote solennel le 10 octobre.

Mais peut-être demanderont ils quelques explications sur la démarche d’Hélène Geoffroy vis-à-vis d’éventuelles alliances ou positionnement.

S’il est clair que la porte est d’ores et déjà fermée du côté de la liste citoyenne qui sera vraisemblablement conduite par Stéphane Bertin, Hélène Geoffroy est contrainte d’aller chercher des voix car on ne peut pas dire que le parti socialiste est en mesure à lui seul de porter leur leader au pinacle. Les différents scrutins annoncent plutôt une déroute.

Elle peut essayer de tendre la main à la gauche, aux communistes par exemple, mais après les avoir traités pendant tout le mandat d’incapables et les avoir accablés de tous les maux, je vois difficilement cette perspective.

Reste à flirter avec LREM, le parti du président qui fût un de ces collègues ministres sous le mandat de François Hollande. Et là c’est compliqué, il faut jouer sur le fil du rasoir. Prendre l’étiquette EN MARCHE n’est pas une garantie et peut être source de conflits car on ne peut franchement dire que c’est une politique de gauche qui est menée. Alors la tendance serait de faire en sorte que sur Vaulx-en-Velin personne ne serait investi EN MARCHE laissant le champ libre à Hélène Geoffroy en échange de quelques élus positionnés sur sa liste. D’après quelques indiscrétions c’est dans ce sens que notre édile qui ne manque pas de relais auprès d’anciens collègues socialistes convertis au macronisme essaie de convaincre la commission d’investiture. C’est donc sous le couvert de l’ouverture qu’Hélène Geoffroy justifierait son choix.

Et quid de la métropole ? Son soutien affiché à David Kimelfeld a laissé entrevoir quelle était sa préférence et on lui prête l’intention de conduire la liste de David Kimelfeld. Pour l’instant c’est encore le flou artistique car aussi bien David Kimelfeld que Gérard Collomb attendent que la commission d’investiture LREM se décide à attribuer la couronne. Et ce n’est pas une décision facile car tout laisse à penser que si c’est l’actuel président de la métropole qui est choisi, Gérard Collomb est bien décidé de son côté à mener ses propres listes avec les conséquences qu’impliquerait une telle décision. D’ailleurs ce dernier a commencé à faire pression en enlevant par exemple la signature des permis de construire à son adjoint à l’urbanisme trop proche de Kimelfeld.

Dans ce méli-mélo qui démontre encore une fois combien les égos sont démesurés en politique, Hélène Geoffroy est en position pour conduire la liste métropolitaine version Kimelfeld sur la circonscription Rhône Amont qui regroupe (Décines, Meyzieu, Jonage, Vaulx-en-Velin). Et là encore le jeu politique réserve quelques surprises qui pourraient laisser perplexes quelques militants socialistes. Lucien Barge, le maire LR de Jonage qui est en poste depuis 1995 soit près de 25 ans envisage de briguer un autre mandat. Mais certains ne l’entendent pas de cette oreille et LR le pousse à prendre du recul. Il se murmure que Lucien Barge a quitté LR et qu’on le trouverait en soutient à Kimelfeld sur la liste d’Hélène Geoffroy.

Si cela s’avérait, je ne manquerai pas d’informer les lecteurs de mediavaulx sur cette surprenante alliance de la carpe et du lapin.

Thomas Petragallo