Quand un ancien premier secrétaire du Parti Socialiste du Rhône affronte un ancien secrétaire du Parti Socialiste du Rhône.

Share

Samedi 5 octobre 2019

Le rendez vous de la dernière chance a bien eu lieu vendredi en fin d’après-midi à l’hôtel de ville de Lyon comme annoncé dans la presse et comme il était prévisible Gérard Collomb et David Kimelfeld nos deux socialistes passés depuis EN MARCHE (LREM) n’ont pas réussi à se mettre d’accord. Le voulait -il vraiment ?

D’autant plus que David Kimelfeld commence à se douter que l’investiture LREM va lui échapper au profit de Gerard Collomb.

Mais que cela ne tienne, l’actuel président de la métropole à annoncé que quoi qu’il arrive il part en campagne bien décidé à entrer en dissidence. Dans un entretien donné au progrès, il annonce qu’il ira jusqu’au bout avec un meeting de lancement de campagne le 16 octobre à 19 heures à l’école Emile-Cohl (Lyon 3ème).

Militants socialistes, mes frères, je vous ai fait beaucoup de peine en ne faisant pas campagne pour Jean-Jacques Qeyranne en 2015 et je vous ai fait perdre la région au profit de la droite. Je vous ai lâchement abandonné en passant avant les présidentielles pour faire élire Emmanuelle Macron. Mais les trahisons en politiques ne comptent pas vous le savez bien. Je vous demande donc d’oublier le passé et me rejoindre. Tel pourrait être le discours de David Kimelfeld pour récupérer l’électorat socialiste.

Son programme ?

« Je ne suis pas le candidat écolo. Je porte le développement économique et l’implantation des entreprises, sans aucun complexe. Maintenant, est-ce que, parce qu’on va créer trente places d’hébergement pour les populations les plus fragiles, on va avoir moins d’entreprises qui vont venir sur notre territoire. Non. Ça ne marche pas comme ça. Quand je rencontre la présidente de Solvay, le président de Safran, ce qui les intéresse c’est de savoir si on va régler les problèmes de mobilité et de logement. Tout le reste n’est que fantasme. Je ne suis ni vert, ni décroissant. »

Hélène Geoffroy qui a misé sur David Kimelfeld en pensant que la situation allait être claire commence à sentir que cela devient un peu compliqué. Probable tête de liste pour les métropolitaine sur la circonscription Rhône-Amont pour David Kimelfeld elle risque de se retrouver face à beaucoup de concurrence. Elle a tenté sans résultat une entrevue avec Gérard Collomb.

Emmanuel macron nous a promis un nouveau monde en termes de politiques et finalement il a réussi car jusqu’à présent c’était assez clair. Il y avait un immuable clivage droite-gauche et les transfuges étaient rares à l’image de Maurice Leroy ex député du Loir-et-Cher passé du parti communiste à l’UDI ou comme José Evrard communiste lui aussi qui adhère au front national en 2013 dont il est actuellement député RN.

Dans le nouveau monde sauce Macron, tout semble permis y compris des alliances jusqu’ici improbables. On peut lire dans la presse politique généralement bien informée que l’ancien maire socialiste de Rillieux-la-Pape, Renaud Gauquelin, grand ami d’Hélène Geoffroy dont il fût son suppléant et grand ami de Muriel Lecerf qui partagea avec lui avec le résultats que l’on connait de la campagne des législatives 2017 soutient désormais le maire LR Alexandre Vincendet ( LR) grand ami de Laurent Wauqiez. Il se dit qu’il serait même possible de le retrouver sur la liste du maire de Sathonay-Village Jean-Pierre Calvel divers droite.

Hélène Geoffroy va-t-elle aller comme on l’entend ces derniers jours à joue la proximité avec certains membres des républicains ou déclarés à droite, voir très à droite vaudais afin de provoquer les divisions nécessaires à sa réélection ? Déjà sur la liste des métropolitaines la présence du maire de Jonage très à droite si elle est confirmée annonce la tendance. Et après on dira qu’il y a beaucoup de noblesse à faire de la politique.

Et puis il y a les vocations naissantes. C’est drôle mais l’arrivée des élections oblige à se caller avec l’air du temps. Donc il faut faire de l’écologie et la mettre à toutes les sauces. Les vrais écologistes et de longue date dont je fais partie ne peuvent que réjouir de cette prise de conscience, n’est-elle qu’a but électoral. Je pourrai dire qu’une fois enlevé le superflu, il en restera toujours quelque chose. C’est Nassima KAOUAH qui va définir le projet écologique d’Hélène Geoffroy. Elle pourra demander des conseils comme l’a fait le cabinet d’Hélène Geoffroy à la mairie de Décines sur un sujet qui fera l’objet d’un prochain article.

Thomas Petragallo