Elus, pour quoi faire ?

Share

Mardi 29 octobre 2019

Cette fois c’est le quotidien le progrès qui se penche sur l’assiduité des élus du GrandLyon.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au niveau des contraintes, une certaine liberté est laissée à nos élus. Il a fallu attendre une loi du 31 mars 2015 pour instaurer un système de retenu qui n’est pas encore suffisamment contraignant comme on peut le lire ci-dessous.

Et que voit-on dans le classement des plus mauvais élèves….que parmi les 6 premiers des moins assidus nous trouvons trois de nos cinq élus vaudais.

 

La palme revenant à Morad Aggoun toujours en instance de jugement. Le second de cordé n’est autre que Bernard Genin qui a annoncé il y a peu sa retraite politique, mais dans les faits c’est en 2014, au moment de sa défaite électorale que ses apparitions ont commencé à se raréfier. Depuis trois ans nous l’avons que très rarement vu au sein du conseil municipal.

La troisième vaudaise de la liste n’est autre qu’Hélène Geoffroy, vice-présidente aux affaires foncières. Difficile de mener plusieurs mandats de front. D’abord en tant que députée avec trois jours par semaine à Paris et la ville de Vaulx-en-Velin à gérer puis en tant que Secrétaire d’état. La loi sur le non cumul des mandats se justifie pleinement. 

On voit également dans le résultat de cette enquête que des élus prévilègient leur activité professionnelle. 

 

Et Stéphane Bertin (APVV : Agir pour Vaulx-en-Velin)  ne s’est pas privé dans un communiqué de presse de qualifier de scandaleuse l’implication de nos élus. 

 

Thomas Petragallo