Et un titre de plus pour Hélène Geoffroy

Share

jeudi 24 avril 2014

Certains collectionnent les trophées de chasses, d’autres les médailles ou coupes suite à des exploits sportifs. Pour Hélène Geoffroy ce sont les titres de la République qui sont son apanage. Après avoir été adjointe de Maurice Charrier, Conseillère Municipale lors du précédent mandat, Conseillère Générale,et maintenant  Députée,  Maire, la voilà maintenant en plus Vice-Présidente du Grand Lyon, un poste qu’elle seule doutait d’obtenir puisqu’elle n’avait pas la volonté d’être candidate mais comme on peut lire dans le progrès. « J’étais très sincère. Mais apparemment, seuls les maires deviennent vice-présidents », déclare-t-elle. Pourtant quand on regarde la liste des 25 vice-présidents ce n’est pas tout à fait cela.

Un maroquin serait peut être l’ambition logique pour la suite de sa collection, mais les postes sont plus difficiles à atteindre cependant rien n’est impossible et si telle est son ambition c’est tout le mal que l’on peut lui souhaiter. Mais en attendant, une multitude de titre, c’est aussi une multitude de réunions, de présence indispensable, de commémorations, et surtout un investissement énorme avec la crainte qu’a force de vouloir tout faire et bien on prend du temps pour faire et on ne fait pas. Nous espérons qu’elle n’oubliera pas dans l’ordre des priorités que les Vaudais sont en attente de changement et qu’il convient que les décisions importantes ne trainent pas en longueur par manque de temps. Nous aimerions qu’elle soit notre « mère » à tous et qu’elle le reste. D’autant que dans les services de la ville le besoin de voir ce changement se fait sentir.

On peut remarquer lors de cette élection au Grand Lyon que le renouvellement a quand même du mal à se faire notamment lorsque l’on n’est pas maire et « l’obligation d’être vice président ne prime pas ». On retrouve même à ce poste des élus qui n’ont pas particulièrement brillés lors du mandat précédant voir même encore celui d’avant comme si le poste était plus une récompense qu’une fonction importante. Encore un fait qui décrédibilise les politiques.

En plus des vice-présidents ont été élus 6 conseillers délégués. Quand il n’y a pas de poste, on trouve toujours des postes. Dans l'assemblée, l'UMP via Gael Petit (Caluire) accuse Gérard Collomb de remercier "ses amis" en choisissant de donner la même rémunération aux vice-présidents et aux conseillers délégués (visant au passage Bernard Rivalta qui traverse le temps contre vents et marées en trouvant chaque fois une fonction lui assurant un avenir politique et par la même un peu de sous).

Pour mémoire, la liste des vice-présidents. Dans l’ordre :

- David Kimelfeld

- Michèle Vullien

- Jean-Paul Bret

- Jean-Luc Da Passano

- Annie Guillemot

- Pierre Abadie

- Myriam Picot

- Michel Le Faou

- Thierry Philip

- Hélène Geoffroy

- Alain Galliano

- Martial Passi

- Karine Dognin Sauze

- Jean-Paul Colin

- Bruno Charles

- Richard Brumm

- Olivier Brachet 

- Claire Le Franc

- Roland Crimier

- Guy Barral

- Sandrine Frih

- Gérard Claisse

- Murielle Laurent

- Richard Llung

- Béatrice Vessiller

Les six conseillers délégués sont :

- Corinne Cardona

- Gilles Vesco

- Max Vincent

- Bernard Rivalta

- Michel Rousseau

- Eric Desbos