Conseil municipal du mercredi 6 juin 2018

Share

 

Mardi 5 juin 2018

En préambule du prochain conseil municipal (cliquer ici), Hélène Geoffroy va surement reprendre sa communication concernant les évènements qui éclaboussent Vaulx-en-Velin depuis une quinzaine de jours et ont bien alimenté les médias en jetant à nouveau l’opprobre sur notre ville.   

En dehors des violences urbaines difficiles à expliquer qui conduisent à des actes de pillages et à des incendies voici ci-dessous un fait divers assez explicite du contexte d’incivilés qui règne un peu partout dans les villes comme la nôtre. Un évènement caractérisé par « rien d’inhabituel » par madame la maire avant qu’elle ne se décide à faire volteface devant le mécontentement des Vaudais.    

« À 35 ans, cet habitant de Vaulx-en-Velin a des passe-temps bien singuliers.

Vendredi dernier, peu avant 19h, il faisait le fou en mini-moto à Bron, roulant sans casque sur l'avenue Salvador-Allende. Croisant le chemin de policiers, il tenta d'abord de s'enfuir avant d'être retrouvé puis bloqué.

C'est là que le trentenaire entre dans une colère noire, refusant de décliner son identité ou de fournir les papiers du deux-roues. Il distribuera ensuite des coups de pieds et de poings aux fonctionnaires, griffant même l'un d'entre eux. Et refusera de passer le test d'alcoolémie.

Placé en garde à vue, le Vaudais a nié les faits. Il a été depuis relâché et sera jugé le 12 octobre prochain ».

Que va-t-il probablement se passer le 12 octobre. Un juge va lui tirer l’oreille en lui demandant pour la 20e fois de ne pas recommencer ?

Cette réprimande sera telle suffisante pour inciter cet individu à plus de respect de la loi ?

Hélène Geoffroy peut faire un beau discours avec comme action phare l’armement de la police municipale. Seulement, cela ne changera rien à l’affaire même si nous comprenons que les policiers peuvent craindre pour leur sécurité. Ni le fait d’avoir des effectifs supplémentaires pendant quelques semaines. Depuis des années le schéma est identique. Lorsque des évènements surviennent, des renforts de polices arrivent (parfois une dizaine de cars de CRS), puis quittent la ville et après une période de calme cela recommence. La vidéo surveillance elle non plus ne réglera rien. Il ne faut pas oublier que Vaulx-en-Velin a été une des premières villes de l’agglomération à être équipée de camera sous l’égide de Maurice Charrier et au grand damne d’élus de gauche qui aujourd’hui la revendique et dont certain se trouvent dans les rangs de la majorité.  

La question est comment reconquérir les zones de non-droits, car si pour Hélène Geoffroy elles n’existent pas, dans la réalité comment nommer autrement ces lieux ou s’expriment un ressentiment vindicatif vis-à-vis de la chose publique.

Une des délibérations à l’ordre du jour concerne le retrait de sa délégation à une adjointe du groupe Bertin. Si gérer la ville n’est pas une chose aisée pour Hélène Geoffroy, les évènements cités plus et son bilan de mi-mandat le démontrent, faire acte d’autorité en jouant sur les pouvoirs qui lui sont conférés lui permet de faire une nouvelle fois pression sur « son partenaire ». Il n’y aura certainement aucun élu de l’exécutif en dehors de l’APVV qui aura le courage de voter contre cette décision. Il fut un temps ou Stéphane Gomez occupa la fonction de président d'une association de défense des droits de l'Homme.