Compte rendu conseil municipal du 21 novembre 2013 (suite)

Share

Dimanche 24 novembre 2013.

Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux du Rhône avis de la commune

Sans complexe, le maire à la fin de la lecture de cette délibération demande à l’assemblée de voter un avis réservé pour la commune de Vaulx-en-Velin. Les opposants n’ont pas manqué de rebondir sur le fait que l’enquête est clôturée depuis quelques semaines ironisant sur le problème de temporalité souvent de mise par l’exécutif. Hé oui, à Vaulx-en-Velin, on attend les calandres grecques pour se prononcer lors des enquêtes publiques. Cela n’a pas empêché monsieur Vignon de nous lire pendant 20 minutes son habituel exposé, qu’il avait cette fois « copier coller » du rapport disponible sur le site de vaulx2014. Il a lu, s’est fait plaisir, en enfonçant des portes ouvertes, a fait des remarques mais n’a pas mis en évidence les actions réalisées par l’exécutif. Car une partie des problèmes exposés datent de plusieurs années, comme par exemple les problèmes réglementaires liés à la plateforme biomasse. En attendant, les Vaudais supportent le risque et les odeurs. Nous aurions pu donner cet avis le 9 octobre conclut Murielle Lecerf à laquelle le maire répond que nul n’est parfait dans ce pauvre monde et, prenant ses désirs pour une réalité, annonce à la foule pendue à ses lèvres que son avis sera pris en compte. Mais bien sûr « en rêve ». Nous lui répondons que la perfection se travaille et qu’apparemment, il a beaucoup de chemin à faire notamment en termes de respect des dates lorsqu’elles valent engagements et prises de décisions. Nous ne pensons pas que pour les municipales, il se déplace un mois plus tard en disant que son bulletin va être pris en compte.

Débat sur les orientations générales du projet d’aménagement et de développement durable(PADD) et du plan local d’urbanisme et de l’habitat (PLU H)

Chaque groupe a exposé sa vision de la ville pour les 20 à 30 ans qui viennent en donnant ses orientations. Tous s’accordent à vouloir une ville à vivre, offrant un cadre de vie privilégié à ses habitants tout en privilégiant ses infrastructures (commerces, écoles, crèches, stades,…) comme ses axes de transport. Certains, comme l’exécutif voient ce futur développement tourné vers le besoin de répondre à la demande sociale. D’autres réclament un plus grand équilibre. Pourtant l’intégration de la ville dans l’agglomération se dessine à travers les choix du Grand Lyon et ses dictats. Par exemple, concernant le développement urbain prévu sur l’ancienne carrière Gimenez, c’est le Grand Lyon qui porte le projet. Il ne faut pas oublier qu’une ville se construit pour ses habitants et par ses habitants et que les élus ne sont que les rapporteurs de ce désir. Or, on oublie la concertation. Nous ne pouvons que déplorer des projets bouclés qui se font parfois en dépit du bon sens avant même d’avoir la garantie que les moyens de transport seront mis en place. La ville se développe, c’est incontestable et doit se développer et c’est normal, cependant, attention de ne pas reproduire les erreurs du passé, emporté par l’euphorie des constructions. La Une du progrès du Jeudi 21 novembre est là pour rappeler que des problèmes subsistent et qu’ils viennent en un instant ruiner toutes les démarches que nous faisons pour redorer l’image de la ville. Voir écrit en gros caractères « Ils pillent un supermarché » n’est pas la meilleure des publicités.

ZAC TASE

 

La ZAC Tase a été créée  lundi  18 novembre via une délibération du conseil communautaire du Grand Lyon.

 

Le Carré de Soie a connu une nouvelle étape lundi, avec la création de la ZAC Tase par le Grand Lyon après quatre ans de pseudo concertation. Elle s’étend sur une superficie de 7,5 hectares environ. La maîtrise foncière sera assurée majoritairement par le Grand Lyon.

 

«  820 logements seront créés sur 62.000 m2 de surface de plancher, en prenant en compte l’accession libre et les logements aidés (65%) : logement social PLUS et PLAI, logement intermédiaire, PLS et accession sociale réglementée. Une partie du périmètre de la ZAC est en outre située en zone de TVA réduite ( à 7% et bientôt à 5%) au titre de la zone urbaine sensible (ZUS) Cité Tase‐La Balme. Cette ZAC devrait, parallèlement à l’offre de logement, développer une offre tertiaire et d’activités, qui regrouperont environ 1 800 salariés. Un programme prévisionnel d’équipements publics a été établi dont le coût est estimé à environ 58 millions d’euros hors taxe. Outre l’infrastructure routière la construction d’un groupe scolaire de 15 classes, d’une crèche de 35 berceaux et d’un gymnase de quartier sont également inscrits dans ce programme prévisionnel. L’aménagement et l’équipement de la zone seront confiés par la Communauté urbaine par voie de concession. L’ensemble des travaux et équipements publics d’infrastructures concourant à l’opération seront réalisés par l’aménageur, qui devra s’assurer du financement de l’opération » C’est ce que l’on peut lire au niveau de la délibération.

Le conseil municipal entérine 2 jours plus tard un projet que l’exécutif prend à son compte mais pourtant sous la houlette du Grand Lyon. Quand nous disons que c’est lui qui pilote l’urbanisme à Vaulx-en-Velin il n’y a qu’un pas. Ce sujet très important et structurant pour Vaulx-en-Velin aurait dû faire l’objet d’un débat. Mais rien

Le débat sur la ZAC TASE n’a fait que se reporter à ce qui été dit précédemment pour le PLUH. A la différence près, que c’est Paul Bogossian au nom du Front de Gauche qui nous a fait état du sentiment de l’exécutif sur le sujet. Grand moment il faut l’avouer. Nous avons peu l’occasion d’entendre sa voix mais comme on ne comprend difficilement ce qu’il dit, nous imaginons pourquoi. Ce doit être difficile lorsque on récite une composition à laquelle on ne croit pas de conserver une certaine cohérence. Ce qui est curieux, c’est qu’un projet comme celui-ci n’a suscité aucun débat de fond, juste des commentaires politiciens. Hélène Geoffroy rappelle à l’exécutif que cela fait 5 ans que ce projet est dans les cartons, que la concertation court depuis un mandat mais que la quantité n’y est pas. Elle regrette comme de tradition le fait de se voir remettre les documents la veille de la délibération ce qui n’est la meilleure garantie pour un débat construit.

Vœu concernant le Centre d’Information et d’Orientation (CIO) :

  1. CIO dépendent du Ministère de l'Education Nationale. Ils sont implantés sur l'ensemble du territoire. L’antenne du CIO de Vaulx-en-Velin va être fermée et transférée dans les locaux du CIO de Villeurbanne. Pour l’exécutif le CIO de Vaulx-en-Velin ne doit pas être fermé au nom d’une logique économique car il est un lieu de ressource indispensable pour la population Vaudaise.

Le rôle des CIO consiste à favoriser :

  • l'accueil de tout public et en priorité des jeunes scolarisés et de leur famille,
  • l'information sur les études, les formations professionnelles, les qualifications et les professions,
  • le conseil individuel,
  • effectuer un bilan d’orientation avec un conseiller d’orientation psychologue diplômé recruté sur concours national formé en psychologie (titre de psychologue) et en économie,
  • l'observation, l'analyse des transformations locales du système éducatif et des évolutions du marché du travail et la production de documents de synthèse à destination des équipes éducatives ou des élèves,
  • l'animation des échanges et des réflexions entre les partenaires du système éducatif, les parents, les jeunes, les décideurs locaux et les responsables économiques.

Chaque CIO possède :

  • un fond documentaire sur les enseignements et les professions,
  • des logiciels d’aide à l’orientation
  • un service d'auto-documentation permettant à toute personne accueillie au CIO de consulter des documents à partir de ses intérêts et de son niveau scolaire

Les personnels qui travaillent dans les CIO sont des directeurs de CIO, des conseillers d'orientation-psychologues et des personnels administratifs. Les C.I.O. sont des observatoires locaux de l'évolution du système éducatif. Ils sont également "centres ressources" pour les établissements scolaires, les services médicaux-sociaux, les dispositifs d'insertions des jeunes.

Les conseillers d'orientation-psychologues exercent en outre une partie de leur activité dans les établissements scolaires. Ils y organisent des séances d'information pour les élèves et les professeurs principaux, des activités spécifiques d'aide à l'élaboration du projet personnel, participent aux conseils de classe (principalement aux niveaux 3ème et 2nde) et contribuent ainsi à la préparation des choix d'orientation. En relation avec les enseignants, les documentalistes, les conseillers principaux d'éducation, le personnel médico-social et les chefs d'établissement, ils ont un rôle particulier dans le dialogue qui doit s'établir entre l'équipe éducative et les familles. Ils réalisent également toutes sortes de documents : dossiers, enquêtes, poursuites d'études, newsletters... qui peuvent être téléchargeables sur les sites des C.I.O.

A Vaulx-en-Velin, il y a 7 personnes en charge de cette antenne. Chaque année, le centre traite 1.500 consultations annuelles et près de 700 entretiens. D’après les calculs de Philippe Moine pour le groupe REVV, « en considérant 253 jours de travail dans l’année cela fait moins d’une consultation par jour par personne. Il ne nous a pas fait part du nombre d’interventions dans les écoles. La logique économique a du sens. « Il est possible de prendre le bus et se rendre à Villeurbanne, ce n’est pas un drame» conclut-il. Pour Hélène Geoffroy, « l’important est de privilégier la qualité, l’orientation est un enjeu majeur dans une politique de formation. Le personnel est conservé dans son intégralité ».

Nous ajouterons à MédiaVaulx, qu’en termes d’orientations, la région possède ses propres dispositifs qui parfois agissent en doublons avec les CIO.

Convention USEP

Voilà un sujet qui est une véritable Arlésienne car, de conseil en conseil, cette délibération est repoussée. Gageons que le 18 Décembre, ce sujet que beaucoup d’élus semblent attendre fera l’objet d’un débat. Cependant, il est fort à craindre que cela se conclura de manière décevante : vue la manière dont se déroule, sur la forme comme sur le fond les conseils municipaux, le risque de noyer le poisson est grand.  

Nous tenons à remercier Madame Arthaud qui nous a fait l’honneur de sa présence pendant 4,33 minutes. Elle est peut être venue spécialement de Paris pour accompagner la campagne de la liste Lutte Ouvrière sur notre ville et se faire rembourser son billet de train par la ville de Vaulx-en-Velin (qui sait !).