Délibération conseil municipal du 29 janvier 2014 janvier 2014

Share

Vendredi 31 janvier 2014

Mercredi soir avait lieu le dernier conseil municipal de cette mandature. 28 rapports étaient soumis aux élus au lieu de la quarantaine habituelle ce qui a permis à tous les élus présents autour de la table de rentrer chez eux à une heure raisonnable. Les habitants présents étaient quant à eux plus nombreux qu’a l’accoutumé. Certain venaient même pour la première fois, histoire de voir le déroulement d’un conseil municipal et mesurer la température dans la perspective de l’élection prochaine.

Parmi les rapports présentés, celui qui a suscité le plus de débat est sans conteste le lancement de la ZAC du Mas (rapport n°6). C’est Hélène Geoffroy qui a fait le rappel historique d’un projet qui court depuis des années mais qui n’aboutit pas. Elle a rappelé les crédits accordés puis perdus et la concertation faite à minima. Elle s’est ensuite fait l’écho de l’incertitude qui plane concernant les moyens de transports. L’exécutif a répondu à travers plusieurs élus, en l’occurrence Maurice Charrier, Philippe Zittoun et Bernard Genin. Tous se sont accordés à dire qu’il s’agit d’un projet qui se veut ambitieux et bien encadré dans tous les domaines. Un projet d’un coût d’environ 180 millions d’euros dont 10% seront à la charge de la ville.

Malheureusement, sur ce dossier, le passé n’est pas ce qui nous intéresse. Le passé est là pour nous rappeler les erreurs faites afin de ne pas les reproduire, les erreurs et les promesses tenues et/ou non respectées comme la venue du métro qui finalement s’est échoué à Oullins. La ZAC du Mas, est un pari important pour l’avenir de notre ville. Il est incontestable que ce quartier doit être rénové à sa juste mesure ; il l’attend depuis longtemps d’ailleurs. Plus que rénové même, nous dirions qu’il doit être réaménagé. Maurice Charrier nous a fait part de la délibération du Grand Lyon votée à l’unanimité des élus, délibération qu’il a présenté en tant que Vice Président du Grand Lyon (cliquer ici). Il y est question de la présence de lignes fortes de transport en commun pour désenclaver ce quartier mais aussi pour le densifier. C’est écrit, mais l’écriture n’est pas une garantie. Nous sommes largement échaudés par les propositions et les promesses non tenues. C’est le premier point. Le second point, concerne justement la densification ou aucune remarque n’a été faite concernant la typologie des logements prévus sur ce secteur. 20 % de logements sociaux prévus sur la délibération du Grand Lyon, 30% sur le rapport présenté aux élus ce soir. 50% de logements en accession à prix abordables et 20% en accession libre. Est-ce ainsi que la ville souhaite générer de la mixité sociale ? La preuve est que NON. Elle souhaite poursuivre sa politique de « ville pauvre » Pourtant Maurice Charrier en tant que spécialiste de la question et maintenant président de l’INTA préconise 40% de logement sociaux dans une ville pour qu’elle soit équilibrée. Nous vous avions déjà fait remarquer que malgré l’évolution du nombre d’habitants, les recettes des impôts locaux dans le budget de la ville était stable comme si les nouveaux arrivants étaient en majorité non imposables. Le troisième point concerne la dette. Chacun sait que le niveau d’endettement de la ville est très élevé, « limite » a même indiqué la Cour des Comptes. 18 millions d’euros resteront à notre charge,. Or nous n’avons pas de capacité d’autofinancement. Comment, sans avoir recours à de nouveaux emprunts, dégager une telle somme. Une augmentation des impôts ? La ZAC du Mas se fera, ainsi en a décidé le Grand Lyon mais avec quelles arrières pensées ? Les élus de l’opposition socialiste se sont abstenus sur ce rapport ; que ne font-ils pas pour faire oublier leur soutien sans faille pendant des années à la politique du maire, eux qui ont toujours voté tous les rapports (tous identiques), sur ce dossier comme sur d’autres ! 80% de logements social a indiqué le maire. Est-ce vraiment ce dont Vaulx-en-Velin a besoin.

Un autre moment d’échange, où par moments le ton est monté, chacun voulant marquer son territoire concernait la délibération qui actait le contrat triennal entre la ville de Vaulx-en-Velin et le Conseil Général (rapport n°11). Pour Saïd Yahiaoui, la ville est de la revue pour près de 700.000 Euros ; ce que conteste Hélène Geoffroy. Même avec l’explication de Bernard Genin qui a détaillé le calcul, les deux parties ne sont pas tombées d’accord. S’ensuivit également quelques reproches de M l’adjoint à la finance envers Stéphane Gomez, notre Conseiller Général, M Yahiaoui n’ayant manifestement pas apprécié de s’être fait traité d’incapable par ce dernier. Pour conclure Hélène Geoffroy a expliqué à notre premier adjoint qu’il fallait cesser de mettre une enveloppe sur un financement vague. « Ca suffit, il faut que les choses soient claires »

Le rapport n°15 concernait, quant à lui, une subvention à l’association Agora. Il a vu le brusque réveil de Nathalie Arthaud qui, n’ayant manifestement pas suivi le fil de la conversation ou pas compris, s’en est brusquement pris à Nicolas Sarkozy qui n’avait rien demandé. C’est peut être devenu un réflexe pavlovien chez elle. Dès qu’il y une contestation la cause en est Sarkozy. François Hollande commence doucement à prendre le relais. Morad Aggoun ayant fait remarquer à Bernard Genin que pendant des années Agora a été boudé, personne ne s’est mis d’accord sur ce dossier, mais tout le monde a voté favorablement !!!

Un conseil qui s’est achevé sans apéro. M le Maire a, en effet, annoncé vouloir faire des économies après avoir passé deux heures à distribuer des subventions dont certaines auraient mérités d’être discutées. Mais nous y reviendrons. Les Vaudais attendaient autre chose de ce conseil. Nous aussi, car une fois de plus nos questions sont restées sans réponse.

NB: pour ce qui s’agit de faire avancer la démocratie, nous avons apprécié de trouver sur le site d’Agir pour Vaulx-en-Velin (www.vaulx2014.fr) le compte rendu du conseil municipal précédent ainsi que les délibérations de celui-ci.