Conseil municipal du 20 juin 2014

Share

Samedi 21 juin 2014

A quelques heures du coup d’envoi du match de l’équipe de France contre nos amis Suisse qui s’est finalement soldé par une victoire Française, nos élus (comme dans toutes les communes de France) )délibéraient lors d’un conseil municipal chargé de désigner les délégués supplémentaires Vaudais (à raison de 1 pour 800 habitants - contre 1 pour 1.000 auparavant - en sus de 30.000 habitants) en vu des élections sénatoriales qui auront lieu le 28 septembre 2014 et devront permettre d’élire 178 sénateurs dont 7 pour le Rhône.

Les sénateurs actuellement élus dans le Rhône (Elections de 2008) sont : 

François-Noel Buffet        UMP

 Elisabeth Lamure            UMP

 Mugette Dini                   UDI

 Jean-Jacques Pignard      UDI

 Guy Fischer                    PC

 Gérard Collomb               PS

 Christiane Demontès        PS

Si nous ne connaissons pas encore la totalité des prétendants, les trois élus retenus par le PS sont Gérard Collomb (Tête de liste et cumulard en chef), Annie Guillemot la Maire de Bron et Gilbert-Luc Devinaz (adjoint à la mairie de Villeurbanne et conseiller général). L’Est Lyonnais est ainsi bien représenté et ce sont donc des cumulards qui désirent siéger au palais du Luxembourg. Siéger est un bien, grand mot, pour certain un cassier est suffisant car ils n’usent pas souvent leurs vêtements sur les fauteuils de la noble assemblée. Elu depuis 1999 et Bien qu'il ne brille pas par son assiduité au Palais du Luxembourg, Gérard Collomb a décidé de se représenter. Il explique cette décision par sa volonté de "poursuivre expérience pour que la réforme territoriale soit un succès". S'il est réélu sénateur, Gérard Collomb devra choisir en 2017(loi sur le non cumul des Mandats) entre son poste de parlementaire et celui de maire, la loi sur le non-cumul des mandats n'entrera en effet en vigueur qu'à cette date, c’est la même chose pour Annie Guillemot qui probablement abandonnerait sa fonction de Maire ce qui serait faire preuve de peu de considération pour ses administrés.

Vu la déculottée socialiste lors des élections municipales dans le Rhône, le nombre de grands électeurs favorables à la liste Collomb a fondu comme neige au soleil. Vaulx-en-Velin (ou notre Maire ne peut prétendre à un siège sénatorial) représente donc un potentiel important contre le prévisible effet domino car si pour la tête de liste le poste semble acquit quelques voix peuvent décider ou non d’un second élu. Le groupe APVV dont l’orientation pendant la campagne des municipales à été focalisé vers des implications locales et non nationale n’a pas manifesté le désir de revendiqué des candidats en tant que délégués supplémentaires comme pourrait le prétendre son groupe. C’est donc une liste commune toute socialiste qui a été présenté au vote du conseil par la majorité municipale. On peut même légitimement se poser la question sur l’intérêt du sénat, notamment dans une période d’économie budgétaire. D’ailleurs Lionel Jospin alors premier ministre avait taxé cette institution sénatoriale d’anomalie démocratique. Et puis à voir franchement la déconfiture dans laquelle se trouve nos partis politiques de droite comme de gauche il faut vraiment être conduit par la foi ou des intérêts politiciens pour courir vers les urnes. Le pronostic de ces élections est somme toute relativement serré pour la gauche qui est majoritaire absolue depuis trois ans, toutes sensibilités confondues, mais relative si l'on s'en tient à la majorité présidentielle Ça devrait se jouer à une demi-douzaine de sièges, l'UMP ayant plus de sièges renouvelables que le PS, ce qui limite d'autant le risque de pertes pour la gauche. Si la gauche résiste, Didier Guillaume, président du groupe socialiste, pourrait succéder à Jean-Pierre Bel, qui se retire. Si l'UMP gagne, Gérard Larcher rêve d'un retour, à moins que Jean-Pierre Raffarin, voire Philippe Marini, ne l'en empêche. Dans ce cas, le Sénat ayant quelques prérogatives constitutionnelles, le gouvernement risque d'avoir des difficultés à faire adopter les grandes lois, surtout la réforme territoriale.

Et concernant nos autres élus de gauche quel choix feront ‘il, Si cela semble acquis pour la frange communiste et parti de gauche, en toute logique Philippe zittoun devrait à cette occasion retrouver sa fibre socialiste par contre cela demandera peut être un peu de réflexion à Nordine Gasmi lui-même ancien socialiste.

Particularité de cette élection qui se déroule à la préfecture pour le Rhône, le vote est obligatoire sous peine d’une amende de 100 euros mais également rémunéré, ou plutôt défrayé. Un forfait de 15,25 euros [pour le repas lié au déplacement, dans certaines conditions) ainsi qu'une participation à ses frais de transport». Soit environ 15 euros supplémentaire. A l’occasion d’autres élections sénatoriales, il nous a été étonné de voir avec quelle célérité des élus venus pourtant avec véhicule de fonction et parfois chauffeur allaient émarger pour récupérer le remboursement de leurs frais.